100 grands explorateurs des 100 dernières années » Explorersweb

Dans cet article, le plus long jamais publié sur ExplorersWeb, nous dressons le profil – sans ordre particulier – des 100 personnages qui ont le plus influencé l’aventure au cours du siècle dernier.

Certains ont obtenu leur réputation grâce à une réalisation visionnaire, d’autres à partir d’un ensemble d’œuvres exceptionnel. Il y a des kayakistes, des voyageurs polaires, des alpinistes, des rameurs océaniques, des spéléologues, des astronautes, des archéologues, des aviateurs, etc.

Certains de vos favoris personnels peuvent manquer dans cette liste. Dans certains cas, il s’agissait peut-être simplement d’un oubli. Dans d’autres, nous avons estimé que certaines figures obscures avaient contribué plus que d’autres peut-être plus célèbres.

Tous les 100 ont repoussé les limites de leurs domaines de prédilection, établi une norme d’excellence et fait mieux connaître le monde.

1. Knud Rasmussen

1. Knud Rasmussen

Spécialité : Exploration de l’Arctique, Anthropologie

Mieux connu pour : Les expéditions de Thulé

Knud Rasmussen est un retour à l’époque sauvage de l’exploration, lorsque des hommes robustes partaient à l’aventure pour en savoir plus sur les zones vierges de la carte et les personnes qui les habitaient. C’est probablement la raison pour laquelle Rasmussen ne figurera pas sur de nombreuses listes d’explorateurs, car son héritage est celui de la connaissance des réalisations sportives.

Fils d’un missionnaire, Rasmussen a passé ses premières années au Groenland à s’immerger dans la langue locale, à conduire des traîneaux à chiens, à chasser et à découvrir les arts sombres du voyage dans le froid. Après quelques premières expéditions au tournant du 20e siècle, Rasmussen a cimenté sa place dans l’histoire avec The Thule Expeditions, une série d’explorations polaires et d’expéditions ethnographiques de 1912 à 1933. La plupart se sont concentrés sur le Groenland, mais la cinquième et peut-être la plus grande des expéditions de Thulé a couvert près de 20 000 milles entre le Groenland et la Sibérie, y compris le premier voyage européen en traîneau à chiens à travers le passage du Nord-Ouest.

Pour cela et ses travaux ethnographiques qui en ont résulté, Rasmussen a été surnommé le « père de l’esquimologie ». Bien que n’ayant jamais reçu d’éducation formelle, la contribution de Rasmussen à l’anthropologie, à l’exploration polaire et à la connaissance des peuples autochtones de l’Arctique est reconnue dans le monde entier.

James Allen West Jr | Actualités, Sports, Emplois
Sur le même sujet :
James Allen West Jr nous a quittés de manière très inattendue le…

2. Thor Heyerdahl

2. Thor Heyerdahl

Mieux connu pour :  Traversée de l’océan Pacifique sur un radeau

En 1947, Thor Heyerdahl et un petit équipage passèrent trois mois et demi à traverser l’océan Pacifique. Ce qui distingue ce voyage, c’est qu’ils l’ont fait sur un radeau. Heyerdahl était fasciné par la façon dont les habitants du Pacifique avaient atteint les îles reculées du Pacifique. Pour tester une théorie (discréditée depuis) ​​selon laquelle ils venaient d’Amérique du Sud, il a construit le Kon-Tiki, un radeau en balsa à partir de matériaux naturels péruviens. Ils ont navigué du Pérou à la Polynésie pour prouver que c’était possible.

Il effectue deux autres expéditions, optant cette fois pour des bateaux en roseau. La première était une traversée de l’océan Atlantique, du Maroc à l’Amérique centrale. Encore une fois, c’était pour prouver une théorie selon laquelle les Égyptiens auraient pu influencer les cultures précolombiennes.

Ensuite, un voyage de 4 000 km sur le Tigre et le golfe Persique, à travers la mer d’Arabie et dans la mer Rouge. Cela a pris quatre mois. Cette fois, il voulait établir la possibilité que les anciens Sumériens aient utilisé des méthodes similaires pour diffuser leur culture.

Alexander Walcott Calder 1954-2022 | Actualités, Sports, Emplois
Sur le même sujet :
YOUNGSTOWN – Alexander Walcott Calder, 67 ans, est décédé le dimanche 9…

3. Jerzy Kukuczka

Spécialité : Escalade en haute altitude

Mieux connu pour : Nouveaux itinéraires et premières ascensions hivernales sur 8 000’ers, deuxièmes pour en terminer les 14, et les plus rapides à gravir avant l’âge des cordes fixes

Le pionnier polonais, seigneur de l’hiver, Jerzy Kukuczka, a gravi les 14 8000’ers en sept ans, 11 mois et 14 jours. Il a détenu le record pendant 27 ans.

Kukuczka était l’un des guerriers de glace polonais. Il a escaladé quatre de ses 14 8000’ers en hiver. Trois d’entre elles étaient des premières ascensions hivernales, et il en a accompli deux en une saison. De même, il a culminé 10 de ses 14 8000’ers via une nouvelle route, un record qui n’a jamais été battu.

Alors que beaucoup se souviennent de la course entre Kukuczka et Messner pour remporter les 14 8000’ers, les deux grimpeurs ont recherché l’excellence à chaque montée, plutôt que la simple vitesse. Alors que Messner avait une approche plus individuelle de la planification d’expédition, Kukuczka était un joueur d’équipe. Mais même en tant que membre de grandes expéditions polonaises, il a laissé son empreinte. Il a continué quand d’autres ont fait demi-tour. Il a atteint presque tous ses sommets de 8 000 m du premier coup, sans le luxe de sentiers cassés, de cordes fixes et de camps bien équipés. Kukuczca n’était tout simplement pas intéressé par les voies grimpées auparavant par d’autres, ou par « jouer pour de faibles enjeux ». Il n’a utilisé de l’oxygène que sur la section la plus haute de la nouvelle route polonaise sur l’Everest.

Kukuczka a une longue liste de réalisations. Il a parcouru le Makalu en solo en style alpin via une nouvelle voie en 1981. Avec Tadeusz Piotrowski, il a ouvert une nouvelle voie en style alpin sur le K2, qui n’a pas encore été répété. En outre, il a ouvert de nouvelles routes sur Gasherbrum I, Gasherbrum II, Broad Peak, Manaslu, Shishapangma et Annapurna. Il a gravi le Nanga Parbat via le pilier SE et le pilier sud de l’Everest, qui n’avaient pas encore été gravis.

Kukuczka est mort en escaladant la puissante face sud du Lhotse. Menant un terrain à 8 200 m, avec un dénivelé de 2 000 m sous ses pieds, il est tombé. La corde d’occasion qu’il avait achetée sur un marché de Katmandou s’est cassée.

Au 21ème siècle, les records de Kukuczka peuvent être battus sur papier, mais ils ne seront pas égalés car le monde a changé. Alors que les montagnes restent, la technologie, la logistique et le style d’escalade ont changé la donne.

Apple Watch SE en vente pour 219 $
Ceci pourrez vous intéresser :
Les éditeurs de PCMag sélectionnent et examinent les produits de manière indépendante.…

4. Reinhold Messner

Spécialité : Alpinisme, Escalade en haute altitude

Mieux connu pour : premier à gravir les 14 8 000’ers et à les escalader sans oxygène supplémentaire

Nom le plus célèbre de l’alpinisme de haute altitude depuis 50 ans, Messner reste une voix forte dans la communauté de l’alpinisme à 77 ans. Né dans le Tyrol du Sud (nord de l’Italie mais germanophone), il a brisé les frontières sur les géants himalayens. En 1978 avec Peter Habeler, il réalise la première ascension de l’Everest sans O2 supplémentaire. À l’époque, il était considéré comme « impossible » pour un humain de survivre à l’altitude du sommet de l’Everest, mais Messner était déterminé à gravir la montagne « par des moyens raisonnables ou pas du tout ». Deux ans plus tard, il réalise la première ascension en solo, depuis le Tibet et en pleine mousson.

Il fit ses armes dans les Dolomites, progressa rapidement vers les Alpes, les Andes et enfin vers l’Himalaya. Pourtant, sa première ascension d’un 8000’er a été enveloppée de drame. Membre d’une grande expédition sur l’énorme Rupal Face de Nanga Parbat, Messner et son jeune frère Gunther ont continué lorsque le reste de l’équipe s’est retiré. Ils ont dû descendre dans un blizzard, le long de la face inexplorée de Diamir. Messner a perdu sept orteils mais Gunther n’a jamais réussi.

Messner a essayé de grimper dans ce qu’il considère comme un style « respectueux », des expéditions légères, de nouvelles voies pionnières et toujours sans gaz supplémentaire. Sur ses 14 8000’ers, il en a gravi cinq via de nouvelles voies.

5. Will Steger

Mieux connu pour : Premier voyage confirmé en traîneau à chiens au pôle Nord sans ravitaillement

L’Américain Will Steger est l’une des figures de proue des voyages modernes dans l’Arctique et l’Antarctique, avec un accent particulier sur les voyages en traîneau à chiens. Steger a effectué le premier voyage confirmé en traîneau à chiens vers le pôle Nord (sans ravitaillement) en 1986, a effectué une traversée de 2 500 km du Groenland en 1988, puis a effectué la première traversée en traîneau à chiens de l’Antarctique en 1989, une traversée de 5 500 km à travers le continent le plus froid.

En plus de donner des conférences et d’écrire, Steger s’est concentré au cours des dernières décennies sur le plaidoyer en faveur du changement climatique. En 2006, il a lancé la Fondation Will Steger pour engager les gens sur les solutions au changement climatique.

6. Borge Ousland

Mieux connu pour : Première traversée de l’Antarctique en solitaire et sans assistance

Sans aucun doute le meilleur aventurier polaire moderne, et peut-être le meilleur de tous les temps. Dans les années 1990, Ousland a mis en sac la plupart des premières polaires restantes. Ceux-ci comprenaient le premier trek complet sans assistance au pôle Nord avec Erling Kagge, le premier trek complet en solo et sans assistance jusqu’au pôle Nord et la première traversée en solo de l’Antarctique.

Pour réussir ces exploits, le Norvégien réservé s’est préparé méticuleusement, a innové avec l’équipement (c’est-à-dire une combinaison étanche pour la natation dans l’océan Arctique) et n’a soigneusement sélectionné que les meilleurs partenaires d’expédition. Ancien membre des forces spéciales norvégiennes, Ousland a combiné sa résilience physique et mentale avec un sens aigu du détail.

Les expéditions les plus impressionnantes d’Ousland ont eu lieu ces dernières années. En 2006, il a effectué le premier trek hivernal complet sans assistance au pôle Nord avec l’irrépressible Mike Horn (également présenté sur cette liste). En 2019, Ousland et Horn s’associent à nouveau pour traverser l’océan Arctique en bateau et à ski en automne-hiver. Ousland a déclaré que c’était sa plus grande réussite, et Horn a estimé que c’était l’expédition la plus difficile qu’il ait jamais faite.

7. Ed Hillary & Tenzing Norgay

Spécialité : Alpinisme en haute altitude

Mieux connu pour : Le premier sommet du mont Everest

Ce duo, l’un des plus beaux duos d’expéditions, n’a pas besoin d’être présenté. Le 29 mai 1953, le Néo-Zélandais Edmund Hillary et le Népalais Tenzing Norgay sont devenus les premiers alpinistes à gravir le mont Everest, dans le cadre de la neuvième expédition britannique. Leur exploit a fait que le monde s’est arrêté et a respiré un instant.

Hillary et Tenzing devaient à l’origine être le deuxième couple au sommet. Ils ont été heurtés lorsque Bourdillon et Evans ont fait demi-tour à seulement 100 m du sommet à cause d’une valve défectueuse dans la bouteille d’oxygène d’Evan. Norgay avait travaillé sur plus d’expéditions sur l’Everest que quiconque au cours de la décennie précédente, et le couple avait toute l’expérience requise.

Le partenariat du Kiwi rusé et coriace et du Sherpa fiable et puissant reflétait un monde en évolution rapide. Fêtée dans le monde entier pour ses réalisations, Hillary a participé à 10 autres expéditions himalayennes, voyages en Antarctique et travaux philanthropiques majeurs au Népal. Norgay est devenu le premier directeur de la formation sur le terrain de l’Institut d’alpinisme de l’Himalaya et a fondé une entreprise de trekking.

8. Wilfrid Thesiger

Spécialité : Rédaction et photographie de voyage

Mieux connu pour : passer sept ans parmi la tribu Ma’dān

Wilfrid Thesiger a passé son enfance à Addis-Abeba, en Éthiopie, et a déclaré que c’était de là que venait son amour de toujours pour les voyages et l’aventure. Après avoir servi pendant la Seconde Guerre mondiale, il est retourné à une vie d’exploration.

En novembre 1945, il effectue une traversée de deux mois du Rub’al-Khali dans la péninsule arabique, avec des guides bédouins. Thesiger avait été envoyé dans la région par l’Unité antiacridienne britannique au Moyen-Orient pour trouver la source des infestations acridiennes. Mais Thesiger n’avait pas l’intention de partir après quelques mois. Au lieu de cela, il est resté dans la région pendant quatre ans, explorant à dos de chameau.

Il s’est ensuite rendu en Irak, où il est devenu le premier Européen à faire des observations de la vie dans les marais du sud. Il a passé sept ans avec la tribu Ma’dān, s’immergeant dans leur mode de vie. Une compétence inhabituelle lui a permis d’accéder à un certain nombre de villages et de groupes ethniques pendant son séjour là-bas : il était assez doué pour effectuer des circoncisions. Il a voyagé avec des médicaments occidentaux pour soigner les blessures et a commencé à pratiquer la procédure. Au cours de ses sept années là-bas, il aurait fait plus de 6 000 circoncisions.

Après l’Irak, il a voyagé en Afghanistan. Il s’est ensuite installé au Kenya avant que sa mauvaise santé ne le force à retourner en Angleterre. Il a écrit plusieurs livres sur ses années d’exploration et les a tous documentés à travers la photographie. Son livre, Arabian Sands, est l’un des grands récits de voyage de tous les temps. Après sa mort, sa collection de plus de 38 000 photos a été donnée au Pitt Rivers Museum d’Oxford.

9. Alfred Herbert Joy

Mieux connu pour : L’un des plus longs voyages en traîneau à chiens

Vous n’avez probablement pas entendu parler de A.H. Joy. L’officier de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a prospéré dans les années 1920 et au début des années 1930, à une époque où le Canada avait peur de perdre le contrôle de ses îles de l’Extrême-Arctique au profit d’autres nations. Pour faire une déclaration, des postes de la GRC ont été installés dans des endroits isolés. Chaque printemps, les officiers effectuaient des « patrouilles de souveraineté » en traîneau à chiens pour renforcer la revendication du pays sur le territoire. Ils ont parcouru des milliers de kilomètres sans incident, en grande partie grâce aux Inuits du Groenland qui ont chassé de la nourriture pour eux. Il est ironique que le Groenland/Danemark, l’un des principaux rivaux du Canada à l’époque, ait fourni la main-d’œuvre pour assurer le succès de ces patrouilles.

Joy était le plus grand des voyageurs de la GRC à cette époque. Il a fait plusieurs voyages gigantesques à la fin des années 1920. Lors de sa plus grande patrouille, il a parcouru 4 000 km en traîneau à chiens en trois mois en 1929 de l’île Devon à l’île Melville et de retour à un poste de la GRC sur l’île d’Ellesmere. Pas de drame, pas d’engelures, rien de grave ne s’est passé. C’était un tour de force de voyages compétents.

Finalement, Joy a été «promue» à un bureau et envoyée vers le sud, loin de son Arctique bien-aimé. Il s’est suicidé la veille de son mariage, dans le prestigieux hôtel Château Laurier à Ottawa.

10. Nukapinguaq

Mieux connu pour : Guider les explorateurs depuis plus de 20 ans

Le Tenzing Norgay de l’Extrême-Arctique, Nukapinguaq a guidé presque toutes les expéditions blanches entre 1915 et 1937. Entre autres, il a accompagné A.H. Joy lors de sa patrouille de souveraineté épique jusqu’à Winter Harbour sur l’île Melville. Personne n’a jamais eu faim lors d’une des expéditions de Nukapinguaq. Il était le plus grand voyageur que l’Extrême-Arctique ait jamais connu.

Son apogée a coïncidé avec l’ère des grandes expéditions de longue distance. En une période de cinq ans, il a parcouru 9 000 km.

En 1953, âgé de 60 ans mais toujours « très vif », Nukapinguaq et sa femme ont passé un hiver dans le centre de l’île d’Ellesmere. Un nouveau poste de la GRC venait d’ouvrir, mais les temps et le personnel avaient changé. Dans une ironie amère, les agents ont rappelé à Nukapinguaq – une figure clé des patrouilles de souveraineté des années 1920 et 1930 – qu’il était illégal pour les Groenlandais de chasser au Canada.

11. Doug Scott

Spécialité : Escalade en haute altitude

Mieux connu pour : Everest Southwest Face, pur style alpin

Nous avons choisi Doug Scott comme représentant d’un groupe d’alpinistes britanniques visionnaires qui ont lancé un pur style alpin sur les grands murs du monde entier.

Il a participé à une cinquantaine d’expéditions majeures, conduites par de nouvelles routes, une grande difficulté et de l’ingéniosité. Trente de ces expéditions ont abouti à des premières ascensions.

Scott est devenu célèbre après son excellente première ascension de la face SW de l’Everest avec Dougal Haston en 1975. Ils ont atteint le sommet mais ont dû passer la nuit à 100 m sous le sommet, sans tente ni sac de couchage. Ils sont revenus vivants et avec tous leurs orteils et leurs doigts.

Mais il y a un monde de montagnes au-delà de l’Everest, et Scott en a tiré le meilleur parti. Il a été le pionnier des routes au Kenya, sur l’île de Baffin et ailleurs dans l’Himalaya. Il a participé à la première ascension sans précédent de la face sud de Shishapangma dans le plus pur style alpin, et aux ascensions de l’Ogre du Pakistan et du Shivling de l’Inde, avec Chris Bonington.

Scott a continué à grimper pendant qu’il pouvait bouger ses jambes. Sa dernière activité, malade d’un cancer cérébral et en plein confinement à cause de la pandémie de COVID, était de monter les escaliers de sa maison, vêtu d’une tenue de haute altitude et piolet à la main, pour collecter des fonds pour une association caritative basée au Népal. Il est décédé quelques mois plus tard, à l’âge de 79 ans.

12. Ed Gillet

Mieux connu pour : Kayak solo à travers l’océan Pacifique, de la Californie à Hawaï

En juin 1987, Ed Gillet partit en kayak de la Californie à Hawaï. C’est un voyage qu’aucun kayakiste n’a pu reproduire, malgré de multiples tentatives. Pendant 64 jours, il a traversé l’océan Pacifique à la pagaie dans un kayak double Tofino standard de 20 pieds. Arrivé trois semaines plus tard que prévu, sa famille et les autorités étaient sûres qu’il avait péri.

Avant les appareils GPS et les téléphones satellites, Gillet s’appuyait sur des lectures de sextants trois fois par jour pour trouver son chemin. Le voyage a été semé d’embûches. Son gouvernail s’est cassé au cours de la première semaine, il a perdu son équipement crucial à cause de la mer agitée, des plaies ouvertes se sont propagées sur son corps et l’ont forcé à prendre des sédatifs, avec des effets secondaires tels que des attaques de panique et de la dépression. Sa nourriture s’est épuisée après 60 jours. Pendant les quatre derniers jours, il a survécu avec des morceaux de dentifrice.

Trente ans après le voyage légendaire, Dave Shively a convaincu Gillet de le laisser écrire un livre de son histoire. En 2013, The Pacific Alone a été publié.

13. Neil Armstrong

Mieux connu pour : Le premier homme à marcher sur la Lune

Le 20 juillet 1969, Neil Armstrong prononça les mots « C’est un petit pas pour l’homme, un pas de géant pour l’humanité », alors que sa botte touchait la surface de la lune. Aux côtés d’Edwin Aldrin et de Michael Collins, il a passé quatre jours dans Apollo 11 avant d’atterrir près du bord sud-ouest de la Mer de la Tranquillité.

Armstrong a été le premier à marcher sur la lune. Lui et Aldrin ont quitté Apollo 11 pendant plus de deux heures pour explorer, collecter des échantillons et prendre des photos.

Armstrong a rejoint le programme spatial en 1962, et marcher sur la lune n’était pas sa seule première mondiale. En 1966, il était le pilote de commandement de Gemini 8 et a effectué la première manœuvre manuelle d’amarrage spatial. Tout au long de sa carrière, il a été à la pointe de l’exploration spatiale. Après l’alunissage, il s’est éloigné des projecteurs. Il n’était pas intéressé à être un personnage public. Il a démissionné de la NASA en 1971 et est entré dans le monde universitaire en tant que professeur d’ingénierie aérospatiale.

14. Fred Becky

Spécialité : Escalade, Alpinisme

Mieux connu pour : premières ascensions exploratoires

L’alpiniste américain Fred Beckey était autrefois appelé le grimpeur le plus accompli de tous les temps. L’alpiniste de premier plan Colin Haley suggère que «le volume d’escalade qu’il a effectué, près et à la pointe de la technologie, est à des lieues au-delà de quiconque. Lorsque la Seconde Guerre mondiale battait son plein et que la plupart des gens se concentraient sur les batailles à l’extérieur des montagnes, deux frères adolescents de Seattle, Fred et Helmy Beckey, effectuaient tranquillement une deuxième ascension déchirante du mont Waddington en Colombie-Britannique. Aucun autre humain ne devait monter sur Waddington pendant les 35 prochaines années, telle est sa difficulté.

La volonté de Fred Beckey pour des ascensions difficiles et audacieuses l’a incité à faire les premières ascensions de sommets reculés partout en Amérique et dans le monde, dès les années 30 et, plus étonnant encore, jusque dans les années 2000. Beckey a évité une vie de famille conventionnelle pour se consacrer à la montagne et vivre la vie d’un sac à dos d’escalade. Il a probablement fait plus de premières ascensions de montagnes et de voies d’escalade que tout autre explorateur de l’histoire.

Beckey était aussi un érudit des montagnes. Il avait une connaissance encyclopédique de milliers de sommets du monde entier. Il s’intéressa vivement à la géologie et à l’environnement avant que cela ne devienne populaire. Cela s’est traduit par un héritage littéraire de 13 livres, qui ont inspiré des générations successives de grimpeurs. Beckey a continué à grimper avec défi jusqu’à son décès en 2017 à l’âge de 94 ans.

15. Robert Ballard

Spécialité : Archéologie maritime

Mieux connu pour : Découvrir l’épave du Titanic

En 1985, Robert Ballard a résolu un mystère ; Où était le Titanic ? Le navire a coulé en 1912 mais malgré de nombreuses tentatives sur sept décennies, son emplacement a échappé à tout le monde.

Bien que ce soit ce pour quoi il est le plus connu, trouver le Titanic n’était pas son objectif. Il testait un nouveau submersible qu’il avait conçu et ce n’était qu’un moyen passionnant de tester ses capacités.

Ballard a été un pionnier dans le domaine de l’océanographie et des submersibles. Il a développé plusieurs submersibles et découvert des bouches thermiques dans le rift des Galapagos et des volcans sous-marins sur le Pacific Rise.

L’un de ses submersibles était l’Argo. C’était un traîneau qui pouvait renvoyer des images en direct à un moniteur à la surface, et c’est ce qu’il a utilisé pour trouver le Titanic. Après un mois de recherche, il enregistre les premières images du paquebot le 1er septembre 1985. Ses vidéos révèlent que le célèbre navire s’est séparé en deux. Il a ensuite visité le site lui-même dans un autre submersible auto-conçu, Alvin.

16. Jacques Cousteau

Spécialité : Exploration sous-marine

Mieux connu pour : Co-inventer l’aqualung

La plongée sous-marine a changé le visage de l’exploration sous-marine, et Jacques Cousteau était à l’avant-garde de cela. En 1943, avec Emile Gagnan, il invente le premier aqualung à air comprimé entièrement automatique.

Il n’était pas un scientifique de formation mais était attiré par l’océan et ses mystères. L’aqualung n’était pas sa seule invention. Il a également construit un certain nombre de caméras sous-marines et un petit sous-marin capable d’explorer le fond marin. Beaucoup de ses inventions sont devenues des outils courants pour les océanographes.

En 1950, il convertit un vieux dragueur de mines britannique en navire de recherche qu’il baptisa Calypso.

Tout au long de sa vie, il a été le fer de lance de la recherche océanique et est reconnu pour avoir popularisé l’océanographie en tant que domaine de recherche et la plongée sous-marine en tant que sport. Il a produit une myriade de documentaires qui relatent sa vie.

17. Youri Gagarine

Mieux connu pour: La première personne à atteindre l’espace extra-atmosphérique

Le 12 avril 1961, Youri Gagarine est devenu la première personne à voyager dans l’espace. Le pilote et cosmonaute soviétique a passé une heure et 29 minutes en orbite autour de la Terre dans Vostok 1.

Gagarine est diplômé de l’école des cadets de l’armée de l’air soviétique en 1957 et, quatre ans plus tard, il a effectué son seul vol spatial. Le voyage l’a catapulté sous les projecteurs et lui a valu une renommée mondiale. Bien qu’il n’ait jamais effectué un autre vol spatial, il a continué à former d’autres cosmonautes. En 1968, il a été tué lors d’un vol d’entraînement de routine, lorsque son avion à réaction biplace s’est écrasé.

18. Sven Hedin

Mieux connu pour : Création des premières cartes détaillées de la chaîne Trans-Himalaya au Tibet

Après avoir été embauché comme interprète pour une expédition suédo-norvégienne en Iran, Sven Hedin savait qu’il voulait une vie de voyages et d’aventures. Il a ensuite visité la Perse et le Turkestan. Puis traversé les montagnes de l’Oural et le Pamir.

Hedin ne s’en tient pas à un seul type d’expédition. Après ses premiers voyages en montagne, il a passé trois ans dans le désert de Gobi. En 1905, il retourne à des altitudes plus élevées pour explorer le Trans-Himalaya. De son voyage, il a créé la première carte détaillée des montagnes du Tibet.

Son autre intérêt était l’archéologie. De 1927 à 1933, il a mené des recherches dans l’ouest de la Chine qui ont mis au jour 327 sites archéologiques. Dans ce qui est aujourd’hui un désert, il a trouvé des preuves d’une vaste culture de l’âge de pierre. De nombreux ouvrages publiés détaillent ses découvertes.

19. Anne Stine Ingstad

Mieux connu pour : découvrir la seule colonie viking confirmée en Amérique du Nord

En 1961, Anne Stine Ingstad a retracé un voyage viking le long de la pointe nord de Terre-Neuve avec son mari Helge Ingstad. Bien qu’on attribue souvent à Helge la découverte de l’avant-poste viking vieux de 1 000 ans, c’est en fait Anne qui a coordonné et supervisé les fouilles du site.

La découverte a fourni la première preuve concluante que les Vikings sont arrivés en Amérique du Nord 500 ans avant Colomb. Le couple a navigué le long de la pointe nord de Terre-Neuve et a été conduit par des habitants à L’Anse aux Meadows, l’emplacement de l’avant-poste. À première vue, il n’y avait aucun signe d’habitation viking, mais Anne a commencé à creuser. Une fois que son mari eut vu le contour de l’ancien mur de gazon, Anne acheva le reste.

Pendant plusieurs étés, elle a continué à y diriger les travaux d’excavation. Elle a découvert les fondations de huit bâtiments et un rouet en pierre, suggérant que des femmes faisaient partie du groupe.

20. Oiseau Junius

Mieux connu pour : être l’un des mannequins d’Indiana Jones

Que ce soit en Asie, en Arctique ou en Amérique du Sud, l’énergique Junius Bird semblait s’aventurer partout. Il s’est spécialisé dans les cultures primitives de l’hémisphère occidental. Au cours des années 1930 et 1940, il a découvert les premiers restes humains trouvés en Amérique du Sud à l’époque. Bird est reconnu comme l’une des inspirations du personnage d’Indiana Jones, peut-être simplement à cause de son feutre féroce, peut-être à cause de son approche fougueuse de l’archéologie sur le terrain.

Bird n’a pas commencé comme archéologue, mais comme matelot de pont du célèbre skipper arctique Bob Bartlett. Dans ce bref clip, un oiseau barbu et souriant, au centre, renifle de manière ludique Bartlett avec ses moustaches au menton.

L’expédition la plus célèbre de Bird a eu lieu au Chili. Là, son équipe a découvert des restes humains, ainsi que des squelettes de chevaux éteints et de paresseux géants. La découverte a indiqué que les Paléo-Indiens ont habité la pointe sud de l’Amérique du Sud vers 9 000 avant JC, plus tôt qu’on ne le pensait auparavant. Pendant de nombreuses années, Bird a également été le conservateur du Musée américain d’histoire naturelle de New York.

21. George Mallory

Spécialité : Escalade, pionnier de la haute altitude

Mieux connu pour : La quête de la première ascension de l’Everest et le sujet d’un mystère d’expédition de tous les temps

George H.L. Mallory est l’équivalent alpiniste d’un chevalier en armure brillante, galopant sur son cheval blanc pour affronter le dragon de Chomolungma.

C’était un étudiant de Cambridge exceptionnel, un gentleman charmant, une fiancée aimante, un soldat audacieux qui a survécu aux horreurs de la Somme et un alpiniste né. Lorsque le Club alpin britannique a organisé une expédition de reconnaissance vers l’Everest en 1921, Mallory était l’un des premiers noms sur la liste.

Cette année-là, Mallory a tracé une route possible du Tibet au point le plus élevé de la planète. Dans la deuxième aventure, un an plus tard, il visait à atteindre le sommet. L’expédition a apporté avec eux une technologie de pointe : l’O2 supplémentaire. Mais Mallory et ses copains ne l’ont pas utilisé. Pourtant, ils ont atteint 8 250 m, avant d’être finalement repoussés.

Le 8 juin 1924, Mallory et Sandy Irvine quittent leur dernier campement à 8 100 m en direction du sommet. Un membre de l’expédition au camp de base a affirmé qu’il les avait repérés dans l’après-midi lorsque les nuages ​​se sont effondrés pendant un instant. Mais c’était tout. Mallory était perdu et une légende est née.

Déjà populaire, la fin mystérieuse du jeune explorateur fait de lui une légende. L’incertitude quant à savoir s’il aurait pu atteindre le (premier) sommet de l’Everest a alimenté des heures de débats et des milliers de pages de livres et d’articles.

Le corps de Mallory a été retrouvé en 1999 à 8 155 m. Il a été déterminé que la cause du décès était une chute. Le corps d’Irvine n’a pas encore été retrouvé. Mystérieusement, les alpinistes qui ont trouvé les restes de Mallory ont découvert plusieurs objets personnels parmi les chiffons de ses vêtements, mais pas un appareil photo. Mallory est parti vers le sommet avec un appareil photo Kodak de poche qu’il aurait sûrement utilisé pour prendre des photos du sommet s’ils étaient arrivés aussi loin. Depuis lors, la caméra de Mallory, qui pourrait être avec le corps d’Irvine, est l’objet le plus recherché sur l’Everest.

22. H.W. Tilman

Spécialité : Alpinisme et voile

Mieux connu pour : l’expédition de reconnaissance du mont Everest, les premières ascensions de Paldor et de la crête ouest de Batian

H.W Tilman a combattu pendant les guerres mondiales I et II et était un excellent alpiniste. En 1938, il dirige une expédition de reconnaissance vers le mont Everest et grimpe à 8 290 m sans oxygène. Il a également fait plusieurs expéditions au sanctuaire de Nanda Devi, et a fait la première ascension de Paldor, un « sommet de trekking » népalais.

« Le Major », comme on l’appelait, a fait sa marque à l’autre bout du monde en étant le premier à gravir la crête ouest du plus haut sommet du mont Kenya, Batian. Il a gravi des sommets plus africains comme le Kilimandjaro, le Speke, le Baker et le mont Stanley.

Dans ses dernières années, il a navigué sur son propre yacht, le Mischief, lors d’expéditions d’escalade au Groenland. Il a disparu en mer près des îles Falkland, à l’âge de 79 ans.

23. Eric Shipton

Spécialité : Exploration, cartographie, escalade

Mieux connu pour : Style d’éclairage pionnier, Nanda Devi

Eric Shipton était un voyageur invétéré, un alpiniste passionné et un explorateur, mais aussi un diplomate dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Il a été le premier occidental à voir des lieux devenus des destinations de rêve pour les randonneurs, comme les vallées de Barun et de Rolwaling au Népal, et d’autres actuellement fermés aux étrangers, comme les sanctuaires chinois de Kashgar et de Nanda Devi. Il a même pris la première photo bien connue d’une empreinte « yéti ».

Les grandes équipes d’expédition étaient populaires à l’époque, mais Shipton croyait en des équipes petites et flexibles. A 24 ans, il faisait partie de l’équipe qui a réalisé la première ascension du mont Kamet en Inde, à 7 756 m alors le plus haut sommet jamais gravi. Il était logique qu’il ait également participé à plusieurs expéditions vers l’Everest.

Shipton était membre de l’expédition de 1951 qui a repéré et cartographié la route à travers la cascade de glace de Khumbu du côté népalais de la montagne. Malheureusement, et à sa grande consternation, sa préférence pour les petites équipes lui a valu le coup d’envoi de l’expédition Everest de 1953, qui a finalement remporté la première ascension.

24. Walter Bonatti

Spécialité : Escalade alpine et de haute altitude

Mieux connu pour : Faces nord dans les Alpes, K2

Les aficionados de l’histoire de l’alpinisme choisissent souvent Walter Bonatti comme grimpeur préféré. L’attrait de l’Italien va au-delà des statistiques. Ce n’est pas seulement ce qu’il a grimpé, mais comment. Il s’agit d’attitude, d’honnêteté, d’esprit et de son véritable amour pour l’aventure.

Walter Bonatti était un grimpeur doué. Dès l’âge de 19 ans, il suit les traces de son idole, Ricardo Cassin. Il a répété les itinéraires de Cassin dans les Alpes, comme le Walker Spur des Grandes Jorasses.

Ses compétences lui ont valu un poste dans l’expédition d’Ardito Desio au K2, qui visait la première ascension. Mais l’expédition ne s’est pas bien passée. Bonatti a été accusé d’avoir utilisé de l’O2 destiné aux sommets assignés, Laceddelli et Compagnony. On a aussi laissé entendre qu’il avait négligé le pakistanais Madhi, avec qui il avait passé une nuit en plein air à 8 000 m. En fait, le contraire était vrai. Il a fallu des années à Bonatti, deux livres et un procès pour prouver son innocence. Il n’a jamais pardonné à ses camarades d’escalade.

Après le K2, il grimpe plus fort que jamais, comme poussé par la rage. Il a joué en solo le pilier sud-ouest de Dru en 1955 et a réussi la première ascension de l’hyper difficile Gasherbrum IV en 1958. En 1965, il a joué en solo la face nord du Cervin en hiver.

Et puis il a démissionné. Il a tout simplement renoncé à l’escalade, tout en continuant à mener une vie d’aventure en tant que journaliste de magazine. Il est décédé paisiblement en 2011 à l’âge de 81 ans. Mais les alpinistes de sa génération et des générations suivantes ne l’ont pas oublié.

25. Richard Bangs

Richard Bangs. Photo : Lisa Niver Rajna

Spécialité : expédition kayak d’eau vive

Mieux connu pour : Littérature et films d’aventure

À l’université, Richard Bangs a passé ses étés en tant que guide du fleuve Colorado dans le Grand Canyon. Bientôt, il se tourna vers des choses plus grandes et meilleures. En 1973, lui et un équipage ont réussi à traverser la rivière Awash en Éthiopie. L’expédition a consolidé sa réputation comme l’un des meilleurs guides fluviaux du monde.

Bientôt, le groupe a fondé Sobek Expeditions, qui a aidé Bangs et ses partenaires à accumuler 35 premières descentes.

Il a poursuivi une carrière prolifique dans l’écriture et la réalisation de films. Il a publié 19 livres, dont The Lost River : A Memoir of Life, Death and the Transformation of Wild Water, qui a remporté le National Outdoor Book Award. En 2005, il a co-réalisé le film IMAX Mystery of the Nile, qui raconte la première descente complète de 114 jours du Nil bleu de la source à la mer.

26. Peter Freuchen

Peter Freuchen en a martelé plus tard dans la vie, avec sa seconde épouse. Photo : Irving Penn

Mieux connu pour : exploration de l’Arctique, recherche sur la culture inuite, écriture populaire

L’explorateur et écrivain danois Peter Freuchen mesurait deux mètres de haut, s’est fait un manteau de fourrure à partir d’un ours polaire qu’il a tué et a amputé ses orteils gelés avec des pinces. Célèbre conteur, il a affirmé un jour avoir fabriqué un poignard à partir de ses excréments pour couper sa barbe d’un morceau de glace sur lequel elle était collée. Il a également remporté le jeu télévisé Question à 64 000 $.

Après avoir abandonné ses études universitaires, il s’est rendu au Groenland où lui et Knud Rasmussen ont établi un poste de traite dans l’extrême nord-ouest du Groenland. Il a étudié la culture inuite et a rejoint Rasmussen lors de la célèbre cinquième expédition de Thulé.

Il a finalement dû arrêter d’explorer lorsqu’il a perdu ses orteils et une jambe lors de sa dernière expédition en 1926. Cela ne l’a pas empêché de fonder le Club des aventuriers du Danemark ou de rejoindre la résistance danoise pendant la Seconde Guerre mondiale.

27. Ned Gillette

Spécialité : Skieur, grimpeur, aventurier

Mieux connu pour : La première ascension d’une journée du Denali

Ned Gillette est surtout connu pour son ascension étrange, dangereuse et assez brillante de 19 heures de Denali avec le photographe Galen Rowell en 1978, mais il avait de nombreuses cordes à son arc.

Lui et son groupe ont été les premiers Américains à gravir la lointaine Muztagh Ata (7 509 m) en Chine et à terminer sa première descente à ski. Les aventures de Gillette comprenaient une traversée à ski de 500 km de la chaîne Brooks, une aventure en traîneau de trois mois dans le nord de l’île d’Ellesmere et une circumnavigation de Denali en 1978, la première en 70 ans.

En Nouvelle-Zélande, il a traversé les Alpes du Sud avec Jan Reynolds, Allan Bard et Tom Carter. Leur voyage de 200 km, estimé à 10 jours, a finalement pris un mois, y compris un passage brutal de sept jours dans une grotte de neige.

Gillette a navigué sur une barque fermée à travers le passage de Drake entre le Chili et l’Antarctique, souvent considéré comme le plan d’eau le plus dangereux au monde.

Bon grimpeur, aventurier et personnage charismatique, il a été assassiné à l’âge de 53 ans dans le Karakoram. Dans leur camp de base à Laila Peak, lui et sa femme ont été attaqués dans leur tente une nuit, vraisemblablement lors d’une tentative de vol. Sa femme a survécu.

28. Junko Tabei

Mieux connu pour : La première femme à gravir le mont Everest

L’alpiniste japonaise Junko Tabei a atteint le sommet du mont Everest en 1975, devenant la première femme à gravir la plus haute montagne de la Terre. Auparavant, en 1970, elle avait gravi l’Annapurna III difficile sans oxygène en bouteille. Tabei a également été la première grimpeuse à terminer les Sept Sommets.

Elle a également travaillé à réduire l’impact environnemental causé par les grimpeurs. Une chaîne de montagnes sur Pluton porte son nom.

29. Freya Stark

Freya Stark s’est forgée une carrière d’écrivaine de voyage respectée. Le Parisien avait un penchant particulier pour l’exploration du Moyen-Orient et de l’Afghanistan. Elle a été l’une des premières non-arabes à traverser le désert d’Arabie méridionale et a effectué trois randonnées aventureuses dans la nature sauvage de l’ouest de l’Iran. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a passé deux ans en Irak pour aider le régime britannique.

Dans ses 25 livres, Stark a décrit les systèmes gouvernementaux répressifs et les abus détaillés dans les endroits où les voyages étaient interdits. Le grand courage et les compétences linguistiques de Stark ont ​​soutenu toute une vie de voyages vers des destinations dangereuses.

30. Francis Chichester

Spécialité : Voile et aviation

Mieux connu pour : Première personne à faire le tour du monde en solitaire, d’ouest en est

Francis Chichester est parti de Portsmouth en août 1966 à bord du Gipsy Moth IV. En 266 jours, il bat trois records : le tour du monde le plus rapide en petit bateau, le plus long passage en petit bateau (25 000 km) et le troisième véritable tour du monde en petit bateau via le Cap Horn.

Alors qu’il rentrait à Portsmouth, plus d’un quart de million de personnes et 300 bateaux, les klaxons retentissants, l’ont accueilli. L’événement historique a été télévisé dans le monde entier.

En 1931, il est devenu la première personne à traverser la mer de Tasman en solitaire. Il prévoyait également de devenir la première personne à faire le tour du monde en avion, mais ses espoirs ont pris fin lorsqu’il s’est écrasé au Japon.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a été le pionnier de la navigation des pilotes de chasse, puis a tourné son regard vers la mer. Avant le Gipsy Month IV, le Gipsy Moth III a remporté la première course transatlantique en solitaire avec Chichester à la barre. Plus impressionnant encore, il l’a fait alors qu’il se remettait d’un cancer.

31. Dougal Haston

Mieux connu pour : Premières ascensions sur de nouveaux itinéraires

Un alpiniste écossais qui a commencé par l’escalade avant de passer à l’alpinisme. Avec quatre compagnons allemands, il a ouvert la route Direttissima John Harlin sur la face nord de l’Eiger.

En 1970, Dougal Haston et Don Whillans réalisent la première ascension de la face sud de l’Annapurna. Il a souvent grimpé avec Chris Bonington, et Haston était dans le groupe qui a fait la première ascension de Changabang dans l’Himalaya indien. En 1975, Haston et Doug Scott ont atteint le sommet de l’Everest via une nouvelle route sur la face sud-ouest. C’était la première fois que quelqu’un gravissait la plus haute montagne du monde par l’une de ses faces. Cette nuit-là, ils ont effectué le bivouac le plus haut jamais réalisé à l’époque, dans une grotte de glace à 8 750 m.

Il faisait également partie de l’équipe qui a effectué la première ascension de la face sud-ouest du Denali.

Il est mort à l’âge de 36 ans dans une avalanche en Suisse.

32. Chris Bonington

Spécialité : Alpiniste expéditionnaire

Mieux connu pour : La première ascension de Baintha Brakk (L’Ogre) en 1977, avec Doug Scott

Il a fait et dirigé de nombreuses expéditions dans l’Himalaya. En 1963, avec Don Whillans, il réalise la première ascension de Torres del Paine au Chili. En 1974, avec Don Whillans, Doug Scott et Dougal Haston, il gravit Changabang et mena une autre première ascension réussie de Kongur Tagh dans le Pamir.

Mais c’est son ascension sur The Ogre avec Doug Scott qui est la plus connue, grâce à l’une des descentes les plus épiques de l’histoire de l’alpinisme.

Bonington est l’un des alpinistes les plus influents de tous les temps.

33. Gaston Rebuffat

Mieux connu pour : Les six faces nord des Alpes

Paradigme d’un guide de haute montagne de Chamonix, Gaston Rebuffat a été le premier à gravir les six grandes faces nord des Alpes : les Grandes Jorasses, le Piz Badile, la Cima Grande de Lavaredo, le Cervin, le Petit Dru et l’Eiger.

Figure de proue de la scène française de l’escalade des années 40 et 50, Rebuffat est si doué qu’il devient guide de haute montagne diplômé à 21 ans, deux ans avant l’âge minimum de certification.

Rebuffat faisait partie de l’équipe de France de 1950 qui a gravi l’Annapurna, le premier sommet de 8 000 m jamais gravi.

Son livre, Starlight and Storm, a inspiré une génération de grimpeurs.

34. Lionel Terray

Mieux connu pour : Les six faces nord des Alpes

Comme Rebuffat, son bon ami et compagnon d’escalade sur l’Annapurna, Lionel Terray était un guide à plein temps, un grimpeur passionné et un explorateur passionné. Son livre, Les Conquistadors de l’inutile, est une biographie pleine d’action qui emmène le lecteur de Chamonix aux Andes, à l’Himalaya et à la Patagonie.

L’un des meilleurs guides de Chamonix, sa force était la vitesse, qu’il appliquait de manière visionnaire sur les grandes faces nord des alpes. Dans plusieurs de ses ascensions très difficiles et rapides (y compris la deuxième ascension de l’Eigernordwand), il s’est associé à Louis Lachenal, qui a atteint le sommet de l’Annapurna en 1950 avec Maurice Herzog. Lachenal est revenu avec de graves engelures qui ont mis un terme à sa carrière d’alpiniste. Terray et Rebuffat, qui n’ont pas atteint le sommet, ont repris leur carrière de guide et d’escalade.

Terray a remporté quelques premières ascensions de rêve : Makalu (avec Jean Couzy) et Jannu dans l’Himalaya, Chakraraju dans les Andes, la crête nord-ouest du mont Huntington en Alaska et Fitz Roy en Patagonie.

35. Amelia Earhart

Mieux connu pour : sa disparition lors d’un tour du monde en 1937

Au début de l’aviation, Amelia Earhart a accumulé de nombreux records de vol. En 1928, elle devient la première femme à traverser l’Atlantique en tant que passagère. Puis en 1932, elle prend elle-même les commandes, devenant la première femme à effectuer un vol transatlantique en solitaire et sans escale.

Ambitieuse et charismatique, elle a atteint le statut de célébrité en tant que princesse américaine de l’aviation. Elle a été l’un des premiers promoteurs du vol commercial.

En 1937, le monde a été stupéfait lorsque Earhart a disparu lors d’un tour du monde. Le signal de son avion a disparu quelque part au-dessus du Pacifique. Bien que beaucoup aient fouillé, l’épave de son avion n’a jamais été retrouvée.

36. Percy Fawcett

Mieux connu pour : Disparaître sans laisser de trace

L’un des premiers étrangers à explorer l’Amazonie, l’explorateur et archéologue britannique Percy Fawcett a joué un rôle déterminant dans la cartographie de la région. Fawcett est entré pour la première fois en Amazonie en 1906. Il a découvert de nouvelles espèces animales et des tribus auparavant inconnues. Au cours des expéditions suivantes, il s’est concentré sur la localisation des ruines antiques décrites dans un manuscrit qu’il a trouvé à la Bibliothèque nationale du Brésil. Fawcett a surnommé ces ruines légendaires la cité perdue de Z.

Dix-huit ans après sa première expédition pour trouver la ville, Fawcett partit avec son fils et l’ami de son fils pour une dernière expédition. Fawcett a laissé une note derrière lui, expliquant que si le groupe ne revenait pas, aucune tentative de sauvetage ne devrait être effectuée. Ils ont disparu et deux ans plus tard, ils ont été officiellement déclarés morts.

37. Béryl Markham

Mieux connu pour : Première personne à traverser l’océan Atlantique en solo (E-W)

En 1936, Beryl Markham a effectué le premier vol en solo à travers l’océan Atlantique de l’Angleterre à l’île du Cap-Breton, au Canada. Elle avait l’intention de voler sans escale vers New York, mais après 20 heures de vol, les évents du réservoir de carburant ont gelé. Elle a dû s’écraser en Nouvelle-Écosse. Après avoir plongé dans une tourbière, elle a rampé hors de son avion cabossé et a marché pendant des heures pour obtenir de l’aide.

Markham a pris l’habitude d’être le premier à faire les choses. À 18 ans, elle est devenue la première femme en Afrique à obtenir une licence d’entraîneur de chevaux de course. Quelques années plus tard, elle était la première femme pilote sous licence commerciale en Afrique de l’Est. En tant que pilote commerciale, elle livrait du courrier et transportait des personnes dans des régions éloignées. Elle a également travaillé comme observatrice aérienne de gibier pour les chasseurs. Ses mémoires, West With the Night, étaient si bien écrites qu’Ernest Hemingway a dit qu’il avait honte de lui-même en tant qu’écrivain.

38. Rune Gjeldnes

Mieux connu pour : la première et la seule traversée sans assistance de l’océan Arctique de la Russie au Canada

Comme son compatriote Borge Ousland, Rune Gjeldnes a servi dans les forces spéciales norvégiennes avant de commencer sa carrière d’expédition. Le premier grand succès de Gjeldnes fut une remarquable traversée du Groenland de 2 900 km dans le sens de la longueur avec Torry Larsen en 1996. Les deux jeunes Norvégiens n’avaient alors qu’une vingtaine d’années et s’étaient parachutés sur la glace avec leur équipement.

En 2000, Gjeldnes et Larsen ont fait encore mieux et ont arraché l’une des dernières premières polaires restantes – une traversée de terre à terre sans assistance de l’océan Arctique. Gjeldnes et Larsen ont parcouru 2 100 km en 109 jours. Ils ont perdu un total de 53 kg et n’avaient plus qu’un litre d’eau à la fin. Plus tard, le couple a intitulé l’expédition « Dead Men Walking ». Au moins 17 expéditions internationales ont tenté une traversée similaire de terre à terre de l’océan Arctique. Quelques-uns d’entre eux ont réussi, mais seuls Gjeldnes et Larsen l’ont fait sans soutien.

Entre autres aventures notables, Gjeldnes a effectué une traversée de l’Antarctique en kite-ski sans assistance pendant trois mois et 4 800 km.

39. Mike Horn

Mieux connu pour : premier trek complet sans assistance jusqu’au pôle Nord en hiver

L’explorateur suisse d’origine sud-africaine Mike Horn est irrépressible, tant par sa personnalité énergique que par l’éventail et le nombre d’aventures qu’il a entreprises au cours des trois dernières décennies. Après avoir abandonné une carrière conventionnelle, Horn est devenu grand avec sa première expédition en 1997 : une traversée en solitaire de l’Amérique du Sud, comprenant une descente de 7 000 km du fleuve Amazone en hydrospeed.

Fort de cette expérience, Horn passa la décennie suivante à faire des voyages longue distance. Au tournant du millénaire, il effectue le premier tour du monde en solitaire autour de l’équateur. Il voyageait seul, à pied et en voilier. Sur le même thème latitudinal, il a ensuite parcouru 20 000 km autour du cercle polaire arctique en bateau, en kayak, en kite-ski et à pied.

Ses expéditions les plus impressionnantes ont peut-être eu lieu dans des climats plus froids avec le grand Norvégien Borge Ousland. En 2006, ils ont effectué le premier trek complet sans assistance jusqu’au pôle Nord en hiver. Puis, en 2019, Ousland et Horn ont traversé l’océan Arctique en bateau et à ski (1 500 km) en automne/hiver. Horn a également gravi le Broad Peak, le Makalu, le Gasherbrum I et II sans oxygène. Lors de son solo le plus impressionnant, il a fait 5 100 km de kite-ski sans assistance à travers l’Antarctique.

40. Hermann Buhl

Mieux connu pour : l’un des premiers grimpeurs à utiliser le style alpin dans l’Himalaya

Considéré comme l’un des meilleurs de tous les temps, l’Autrichien Buhl a réalisé la première poussée vers un sommet en solo de l’histoire, et lors d’une première ascension en plus ! C’était sur le Nanga Parbat en 1953. Buhl a même grimpé sans O2 en bouteille. L’ascension lui a pris 41 heures. Buhl a commencé son ascension en solitaire à 6 900 m et a dû faire un bivouac d’urgence à 8 000 m.

Il a également fait la première ascension de Broad Peak en 1957, avec Kurt Diemberger et Markus Schmuck.

Hermann Buhl est mort jeune, à l’âge de 32 ans, à Chogolisa.

41. Gerlinde Kaltenbrunner

Spécialité : Escalade en haute altitude

Mieux connu pour: La première femme à compléter les 14 × 8 000’ers sans O2

Alpiniste à plein temps depuis son adolescence dans ses Alpes autrichiennes natales, elle a été la première (et jusqu’à présent la seule) femme à gravir les 14 8 000’ers sans O2 supplémentaire et sans assistants Sherpa. Kaltenbrunner se distingue comme un alpiniste de classe mondiale, quel que soit son sexe.

Tout au long de sa carrière, elle a opté pour de petites expéditions loin des foules, un style léger et l’autosuffisance. Elle a gravi plusieurs de ses sommets avec son ex-mari Ralf Dujmovits, mais a également fait équipe avec Hirotaka Takeuchi, David Gottler, Maxut Zhumayev et Vassilyi Pivtsov.

Le plus remarquable était sa volonté implacable de gravir le K2 sans O2. Il lui a fallu sept tentatives. Lors de sa sixième tentative, elle s’est associée à Fredrik Ericsson, qui s’est tué sur le chemin du sommet. Pourtant, elle a trouvé le courage d’essayer à nouveau et de réussir. L’année suivante, en grand style, son équipe de cinq personnes a escaladé le pilier nord, rarement visité, en provenance de Chine, et a atteint le sommet en août 2011. C’était son dernier 8 000’er.

Auparavant, Edurne Pasaban avait ensaché la première ascension féminine ; mais Kaltenbrunner n’a jamais été trop intéressé à rejoindre une course pour être le premier. Au lieu de cela, elle s’est concentrée sur l’escalade comme elle le voulait sur les montagnes qu’elle aime.

42. Alexi Léonov

Mieux connu pour : Première personne à sortir dans l’espace

Le protéiforme Alexei Leonov était un cosmonaute, un haut fonctionnaire de l’armée, un peintre et un écrivain. Il a battu les Américains à une grande première, devenant en 1965 la première personne à marcher dans l’espace. En 1975, il a dirigé une rencontre avec des astronautes américains, alors qu’une capsule Soyouz était amarrée à une capsule Apollo dans une démonstration historique de coopération. Il est également devenu le premier artiste dans l’espace, grâce aux crayons à dessin et aux morceaux de papier qu’il a apportés lors de ses missions.

Il a été engagé pour plusieurs autres missions, dont un vol vers la Lune, mais celles-ci ont été abandonnées. Cependant, il est devenu un héros de l’Union soviétique et était très apprécié de ses homologues américains.

43. Jon Muir

Mieux connu pour : marche en solo à travers l’outback australien

L’implacable Outback australien n’a pas arrêté Jon Muir. En 2001, Muir a passé 128 jours à marcher seul et sans soutien à travers l’Outback. Il était déjà un alpiniste chevronné, un kayakiste longue distance et un vétéran de l’aventure, mais c’est son isolement qu’il s’est lui-même imposé dans l’Outback australien qui s’est avéré légendaire.

Pour survivre, il buvait dans des flaques d’eau polluées et dînait sur des carcasses. À son retour, après avoir traversé trois chaînes de montagnes et quatre déserts par des températures torrides de 45 °C, Muir avait perdu un tiers de son poids corporel.

44. Yvon Chouinard

Spécialité : Escalade, alpinisme

Mieux connu pour : l’innovation en matière d’équipement

L’Américain Yvon Chouinard était l’un des principaux grimpeurs de l’âge d’or du Yosemite. Avec les premiers pionniers tels que Tom Frost et Royal Robbins, Chouinard a fait de nombreuses premières ascensions sur El Capitan ou a amélioré le style des ascensions précédentes en n’utilisant pas de cordes fixes. En plus d’être un grimpeur remarquable, Chouinard était un alpiniste chevronné qui a tracé de nouvelles voies dans les Rocheuses, la Patagonie et le Kenya.

Mais c’est dans l’innovation des équipements et des vêtements d’extérieur que l’on se souviendra de Chouinard. Dans sa propre forge d’occasion, il fabriquait des pitons en pierre et inventait (avec Tom Frost) d’autres dispositifs de protection comme les bouchons et les Hex. Il a également redessiné les crampons et les piolets pour qu’ils fonctionnent sur une glace plus raide et, avec cela, a lancé l’escalade sur glace moderne.

Chouinard a ensuite fondé l’entreprise de vêtements de plein air Patagonia, qui est maintenant une entreprise d’un milliard de dollars, tout en étant un important défenseur de l’activisme environnemental.

45. Rob Lesser

Photo: Temple de la renommée internationale de l’eau vive

Spécialité : expédition kayak d’eau vive

Mieux connu pour : Ouvrir la voie aux kayakistes d’aventure lifestyle

Rob Lesser a repoussé les limites du kayak exploratoire de classe V tout au long des années 1970 et 1980. Des descentes du Grand Canyon de la Stikine (1981) en Colombie-Britannique, et de la North Fork of the Payette (1977) en Idaho, témoignent de sa carrière.

Il a également été l’un des premiers kayakistes à parcourir le monde, enregistrant des descentes au Chili (Bio Bio, 1979), en Nouvelle-Zélande (Nevis Bluff, 1982), au Mexique, au Costa Rica, au Pakistan, au Népal, au Bhoutan et en Norvège. Outre son curriculum vitae, son attitude accessible et son enthousiasme évident pour les multiples aspects du sport en ont fait l’un de ses premiers ambassadeurs. Lesser a finalement été le pionnier de certains des premiers festivals d’eau vive aux États-Unis et a dirigé les efforts de conservation des rivières.

L’un des premiers à faire de l’eau vive une carrière, Lesser a innové pour les nombreux kayakistes de style de vie à venir.

46. ​​Jean-Marc Boivin

Mieux connu pour : Première descente en parapente du mont Everest

Pionnier des sports extrêmes dans les années 1970 et 1980, Jean-Marc Boivin a accumulé une liste apparemment impossible de premières mondiales. Chaque année, il a augmenté la mise, repoussant les limites de ce que les gens pensaient possible.

Il avait grimpé et skié depuis qu’il était enfant, mais à l’adolescence, il a commencé à adopter des lignes plus risquées. Au cours de sa courte vie, il a été le pionnier de 200 voies d’escalade sur glace, a fait la première ascension de la face nord de l’Aiguille Verte, a fait les premières descentes de Frendo Spur, la face sud du Huascaran et la face est du Cervin. Il a également relié les quatre faces principales du Mont Blanc.

Non content de skier et d’escalader, il a commencé à ajouter des sports plus extrêmes à son répertoire. Il a fait du deltaplane depuis le Camp IV au K2. En 1986, il a établi le record du monde de la plongée sous-glaciaire la plus profonde. Puis en 1988, il effectue la première descente en parapente du mont Everest. Il est décédé lors d’un saut de BASE au large des chutes Angel au Venezuela à l’âge de 38 ans.

47. Jeff Lowe

Mieux connu pour: Son chef-d’œuvre sur la face nord de l’Eiger, « Metanoia »

L’un des alpinistes américains les plus importants, Jeff Lowe a effectué plusieurs premières ascensions aux États-Unis, dans les Rocheuses canadiennes, dans les Alpes et dans l’Himalaya. Un vrai partisan du pur style alpin, des petites équipes et un équipement minimal.

Ses plus grands succès incluent la première ascension de Moonlight Buttress à Zion avec Mike Weiss ; la première ascension hivernale de la face ouest du Grand Teton ; la deuxième ascension de l’Ama Dablam (solo) ; et la face nord du Kwangde Ri avec David Breashears.

Mais sa plus grande réussite fut Metanoia sur la face nord de l’Eiger, une nouvelle ligne directe, en solo, et sans boulons.

48. Vladimir Arseniev

Mieux connu pour : Le livre classique, Dersu le trappeur

Vladimir Klavdievich Arseniev était un grand mathématicien qui a exploré l’Extrême-Orient russe entre 1902 et 1930. Arseniev a effectué 12 grandes expéditions scientifiques, rassemblant des données géographiques, ethnographiques et botaniques au fur et à mesure. Il a été le premier à cataloguer une grande partie de la vie végétale de la Sibérie et a parcouru l’intérieur de la Sibérie jusqu’aux forêts bordant la mer du Japon.

Arseniev a fait de ses expéditions une soixantaine d’œuvres dont la plus célèbre, Dersou le trappeur, est un classique. Publié en 1941, il combine un récit d’aventure avec les vastes connaissances scientifiques d’Arseniev. Le personnage principal, Dersu, est membre de la tribu Gold et est probablement un composite de plusieurs guides avec lesquels Arseniev a fait équipe lors de trois expéditions dans la taïga ussurienne. Les expériences de la vie réelle guident le livre : froid extrême, blizzards et inondations. Mais les épreuves unissent les hommes, au-delà des barrières culturelles et linguistiques.

À titre posthume, Arsevniev est devenu bien connu en Russie. En 2018, l’aéroport international de Vladivostok a été renommé en son honneur.

49. Steve Fossett

Spécialité : L’aviation sous toutes ses formes

Mieux connu pour : Premier tour du monde en solitaire en ballon

Le 2 juillet 2002, Steve Fossett a atterri sur le sol australien après 13 jours et 33 000 km dans les airs. Il venait de terminer le premier tour du monde en solitaire en ballon.

Y parvenir n’a pas été une mince affaire. Il s’agissait de sa sixième tentative pour le voyage record. Son premier s’est terminé au bout de trois jours. Il avait soigneusement planifié cette tentative, évitant les conditions qui pourraient entraver ses efforts. Des jours de beau temps étaient annoncés et des vents arrière de 300 km/h l’ont poussé à certains moments. Il a opté pour une route de l’hémisphère sud pour éviter tout espace aérien dangereux.

Fossett a rempli sa vie d’activités à haute adrénaline et de tentatives de record. Il a nagé la Manche dans les années 1980, participé à des courses de traîneaux à chiens et de voitures, skié, grimpé et volé.

En 2005, il est devenu la première personne à faire le tour du monde en solitaire sans ravitaillement. Son avion spécialisé transportait 13 réservoirs de carburant. Le voyage de 67 heures a commencé et s’est terminé au Kansas, dans le Midwest américain. Il est décédé en 2007.

50. Ivan Papanine

Mieux connu pour : Chef de la première expédition à atterrir au pôle Nord

En 1937, l’explorateur polaire soviétique Ivan Papanin a dirigé l’expédition Pôle Nord-1, qui était la première fois que quelqu’un mettait le pied sur le pôle Nord géographique.

Le gouvernement soviétique a mis en place l’expédition pour étudier le mouvement des glaces le long de la route maritime du Nord. Leurs navires restaient piégés dans la glace et ils avaient besoin d’une solution. Papanine menait le groupe de quatre hommes. Avec lui étaient Ernst Krenkel (opérateur radio), Evgeny Fyodorov (géologue) et Piotr Shirshov (océanologue). Ils ont installé un laboratoire mobile sur une banquise de 30 mètres sur 30 et ont dérivé pendant 274 jours sur l’océan Arctique.

Au moment où ils ont été récupérés sur la côte est du Groenland, Papanin avait perdu 30 kg. Au cours du voyage, ils ont mesuré des courants et découvert une chaîne de montagnes sous-marine. À l’époque, Fridtjof Nansen avait une théorie selon laquelle aucune vie animale n’existait au sommet de l’océan Arctique. À leur grande surprise, le quatuor a vu des ours polaires, des phoques et d’autres créatures marines, réfutant la théorie de Nansen.

51. Evgueni et Vitaly Abalakov

Spécialité : Escalade en haute altitude

Plus connu pour : Premières ascensions dans le Pamir et le Tien Shan, innovation en équipement

Les frères Avalakov étaient les grimpeurs les plus remarquables de l’ex-Union soviétique. Yevgeniy est devenu un héros en URSS après sa première ascension en 1933 du plus haut sommet de l’Union soviétique. Appelé Stalin Peak à l’époque, il a ensuite été rebaptisé Communism Peak et aujourd’hui, Ismail Somoni (7 495 m). Yevgeniy était le seul d’une très grande équipe à atteindre le sommet. Il était tellement épuisé qu’il a dû ramper à quatre pattes pour atteindre le sommet.

Il a continué à grimper, à rechercher et à cartographier la chaîne du Pamir jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, date à laquelle il a échangé les montagnes contre le terrible front russe. Il a connu une fin mystérieuse en 1948 à Moscou.

Son frère Vitaly est considéré comme un pionnier de l’alpinisme soviétique. Il fit les premières ascensions du pic Lénine et du Khan Tengri. Ingénieur de profession, il a conçu toutes sortes de matériel d’escalade, des boulons excentriques aux broches à glace. Sa création la plus célèbre est l’ancre « V » d’Abalakov. Fabriqué avec une corde d’escalade, c’est une méthode de sauvetage pour la descente en rappel sur un terrain glacé. Il ne nécessite aucun équipement supplémentaire et il est encore parfois utilisé dans l’alpinisme et l’escalade sur glace. Mais toutes ces contributions n’ont pas suffi à lui épargner des années d’enquête des forces de sécurité soviétiques, qui l’accusaient de promouvoir l’alpinisme occidental et d’espionner pour le compte de l’Allemagne.

52. Fritz Wiessner

Mieux connu pour : Pionnier de l’escalade libre

Reinhold Messner a appelé un jour l’alpiniste germano-américain Fritz Wiessner l’alpiniste le plus important du 20e siècle. Il a influencé l’escalade sportive, l’escalade et l’alpinisme. Né en Allemagne, Wiessner a mis en place des itinéraires dans les Alpes qui étaient en avance sur tout ce qui se faisait en Amérique du Nord dans les années 1920. Après avoir déménagé aux États-Unis à la fin des années 1920, Wiessner a réalisé de nouvelles ascensions et des premières ascensions à travers les États-Unis, y compris le premier sommet du mont Waddington.

En 1939, Wiessner a mené une expédition américaine au K2 et s’est approché à moins de 200 m du sommet avant de devoir battre en retraite. La mort de trois membres de l’équipe d’escalade et la controverse sur le rôle de Wiessner ont marqué le reste de sa vie. S’ils avaient réussi, Wiessner et compagnie auraient été les premiers à atteindre un sommet de 8 000 m. Bien qu’il ne soit pas retourné dans les Greater Ranges, Wiessner a bien grimpé dans ses 80 ans à travers le monde, faisant des ascensions en ski alpinisme et escaladant tous les sommets de 4 000 m des Alpes.

53. Lars Holbek

Lars Holbek. Photo: Temple de la renommée internationale de l’eau vive

Spécialité : expédition kayak d’eau vive

Mieux connu pour : Pionnier de l’eau vive californienne

Pour comprendre l’héritage de Lars Holbek, considérez qu’il a écrit un livre qui est toujours considéré comme le guide définitif du kayak d’eau vive en Californie aujourd’hui – en 1984. De ses nombreuses premières descentes, la plupart sont venues en Californie, lui donnant les vastes connaissances qu’il a fallu pour écrire The Best Eau vive en Californie.

Holbek a commencé le kayak à une époque qui peut maintenant sembler préhistorique. Lorsqu’il a pagayé en eau vive pour la première fois en 1973, il s’est rappelé s’être écrasé dans des rapides de classe III sans casque ni gilet de sauvetage. À l’époque, le sport existait à peine – lui et un ami ont rapidement construit leurs propres kayaks en fibre de verre et ont commencé à explorer leurs voies navigables locales.

Bien qu’il ait enregistré plus de 70 premières descentes sur toute la planète, y compris la première descente du Stikine avec Rob Lesser, l’attitude décontractée de Holbek a ancré sa réputation. En dehors des eaux vives, son travail de conservation a permis de sauver un important affluent de la rivière Tuolumne de la construction de barrages.

54. Louis Leakey

Spécialité : Archéologie et évolution humaine

Mieux connu pour : Prouver que les humains ont évolué en Afrique

Louis Leakey a changé l’histoire en prouvant que les humains venaient d’Afrique et non d’Asie. Ses découvertes les plus célèbres comprenaient des fossiles d’animaux et des outils en pierre bruts qu’il a découverts en Tanzanie en 1931. Mais une observation cruciale en 1955 a cimenté son héritage. Avec sa femme, Leakey a souligné que les restes découverts en Afrique étaient plus anciens et uniques que ceux précédemment découverts en Asie.

Bien qu’il ait fallu des années pour que les découvertes de Leakey gagnent en crédibilité, son travail a changé notre façon de voir l’évolution humaine. Plus tard, Leakey a encouragé le travail de primate de plusieurs protégés qui sont devenus eux-mêmes célèbres, dont Jane Goodall et Dian Fossey.

55. Renato Casarotto

Mieux connu pour : nouvelles voies et ascensions en solo

En 1982, Renato Casarotto gravit la Trilogie de Freney. Trois ans plus tard, il réalise la première ascension en solo (et première hivernale) des Grandes Jorasses.

Sur la Cordillera Blanca au Pérou, il a gravi une nouvelle ligne via l’arête nord-est de Huandoy East et la face sud de Huandoy South. Parmi les autres réalisations notables, citons le pilier nord du Fitz Roy en Patagonie et le Gasherbrum II en 1985, qu’il a gravi avec sa femme.

Certaines de ses ascensions ratées étaient également à noter. Il a tenté le Makalu en hiver et a effectué deux tentatives sur la Magic Line au K2. La deuxième tentative, en 1986, l’a tué. Casarotto a fait demi-tour à 300 m du sommet à cause du mauvais temps et est décédé pendant la descente. Son corps a été retrouvé en 2004.

56. Tom Hornbein & Willi Unsoeld

Mieux connu pour : la première traversée d’un sommet de 8 000 m

En 1963, Willi Unsoeld et Tom Hornbein ont établi une nouvelle route sur l’Everest via la West Ridge. Une section très raide et « sans retour » de leur itinéraire s’appelle depuis le couloir Hornbein. Ils sont descendus par le col sud où ils ont rencontré les autres membres de l’expédition, Lute Jerstad et Barry Bishop. Les quatre, après avoir manqué d’oxygène supplémentaire, bivouaquent à 8 534 m. Tom Hornbein a écrit de façon mémorable après : « Chacun s’est consacré à trembler du froid jusqu’à la première lumière, puis le soleil s’est levé sur le Kangchenjunga, et le monde entier s’est réveillé.

Trois ans plus tôt, Willi Unsoeld et George Bell avaient réalisé la première ascension du Masherbrum à 7 821 m, également connu sous le nom de K1.

57. Harry Saint John Philby

Mieux connu pour : Traversée du Rub Al-Khali

Les explorations de Harry Saint John Bridger Philby ont commencé pendant la Première Guerre mondiale, mais se sont poursuivies jusque dans les années 1930 et au-delà. L’explorateur britannique était un collègue de T.E. Lawrence et a fait de son mieux pour servir les intérêts britanniques et arabes, bien qu’il ait eu du mal à être impartial.

Il s’intéressait à la vie animale et au paysage. En 1930, il est devenu le premier non-résident à traverser le Rub Al-Khali, une portion de 650 000 km2 du désert d’Arabie.

58. Denis Urubko

Spécialité : Escalade en haute altitude

Mieux connu pour : nouvelles voies sur 8 000 personnes, ascensions hivernales, sauvetages

Denis Urubko est un sommet de 14×8000’er, mais bien plus encore. Il n’a jamais utilisé ni même envisagé d’O2 supplémentaire et a gravi deux 8000’ers en hiver – les premières ascensions hivernales du Makalu et du Gasherbrum II, à chaque fois avec Simone Moro. Urubko a été le pionnier de nombreuses nouvelles routes : Manaslu, Cho Oyu (du côté sud !), Broad Peak et Gasherbrum II. C’est un grimpeur incroyablement fort, à la fois physiquement et mentalement, toujours en tête et, dans certains cas, continuant quand d’autres reculent.

Il a également pris l’habitude de secourir les autres. En 2008, il s’envole pour l’Annapurna pour aider Iñaki Ochoa de Olza, malade sur la crête sud-est. En 2018, il a laissé une tentative hivernale sur K2 pour aider Elisabeth Revol et Tomasz Mackiewicz, coincés haut sur le Nanga Parbat.

Pour son rôle dans la tentative de sauvetage d’Iñaki, Urubko a remporté la plus haute distinction espagnole. Sauver la vie de Revol a abouti à la Légion d’honneur française, qu’il a partagée avec Adam Bielicki et Rafal Fronia.

Récemment, Urubko s’est concentré sur l’escalade et a provisoirement déclaré qu’il avait terminé avec 8 000’ers.

59. Edurne Pasaban

Spécialité : Escalade en haute altitude

Mieux connu pour : Première femme au sommet du 14 x 8 000 m

Pasaban appartient à une génération exceptionnelle de grimpeurs du Pays Basque espagnol. Ici, l’alpinisme est plus qu’un loisir, c’est une partie intrinsèque de la culture basque. Elle a commencé à grimper à 15 ans et a suivi une progression intense vers de plus hautes montagnes.

Elle a gravi son premier 8000er en 2001 : l’Everest, le seul où elle a utilisé de l’O2 supplémentaire. Neuf ans plus tard, elle a terminé le 14×8000’ers sur Shishapangma. Peu de temps auparavant, Oh Eun-sun de Corée du Sud prétendait être la première femme à terminer le 14×8000’ers, mais son ascension du Kangchenjunga était incertaine. Elizabeth Hawley de l’Himalayan Database ne l’a jamais accepté et a plutôt proclamé Pasaban comme la première femme à gravir les 14 sommets de 8 000 m.

Pasaban a toujours grimpé dans des équipes plus importantes, comprenant souvent une équipe de tournage pour la télévision espagnole, donc toutes ses ascensions sont bien documentées.

Après avoir terminé les 14 8000’ers, Pasaban a mené une tentative infructueuse de gravir l’Everest sans O2 mais n’est pas revenu depuis.

60. Wanda Rutkiewicz

Spécialité : Alpinisme, alpinisme de haute altitude

Mieux connu pour : La première femme à gravir le K2

À 18 ans, l’alpiniste polonaise Wanda Rutkiewicz était une volleyeuse prometteuse. Mais lorsque sa vieille moto est tombée en panne d’essence, l’un des hommes qui s’est arrêté pour l’aider était un grimpeur. Rutkiewicz a accepté son invitation à grimper dans les collines voisines. Ce premier avant-goût du plein air a commencé un voyage vers le summum de l’alpinisme.

À la fin des années 1970, Rutkiewicz a fait ses armes dans les Greater Ranges en participant à une expédition au Pakistan, dirigée par Andrzej Zawada. Mais elle a eu du mal à se rapprocher des grimpeurs masculins, sans aucun doute sexistes à son égard. Dès lors, Rutkiewicz a tracé sa propre voie en tant que chef d’expédition. En 1978, elle est devenue la première femme européenne à gravir l’Everest.

Avant de périr à Kanchenjunga en 1992, Rutkiewicz avait l’intention de devenir la première femme à gravir les 14 sommets de 8 000 m. Elle en a dirigé neuf et, en 1986, est devenue la première femme à atteindre le sommet du K2. Aussi forte que les meilleurs alpinistes masculins de son époque, Rutkiewicz a ouvert la voie aux prochaines générations de grimpeuses.

61. Valentina Terechkova

Mieux connu pour : La seule femme à aller seule dans l’espace

La Russe Valentyna Terechkova est la seule femme à avoir participé à une mission spatiale en solo. Lors de la course à l’espace des années 1960, Terechkova a été sélectionnée comme cosmonaute, grâce à son expérience en parachutisme. A 26 ans, elle s’est lancée dans l’espace à bord du Vostok 6.

De l’intérieur, elle a téléphoné : « Je vois l’horizon ; c’est un bleu ciel avec une rayure foncée. Comme la Terre est belle… tout va bien. À son retour sur terre, Terechkova a été saluée comme une héroïne nationale.

L’événement singulier a jeté Terechkova dans le monde de la célébrité. Elle a reçu la médaille de Héros de l’Union soviétique et, finalement, elle s’est lancée dans une carrière politique.

62. Walt Blackadar

Walt Blackadar n’a commencé à faire du kayak qu’au milieu de la quarantaine. C’était un médecin d’âge moyen, légèrement corpulent. Ses premiers amours étaient la chasse et la pêche, mais lors d’un voyage de pêche, lui et un ami ont loué un radeau en caoutchouc et ont parcouru des rapides de 4e année sur la rivière Salmon. Ils l’ont ensuite fait chaque printemps de 1953 à 1967, date à laquelle ils ont décidé de s’attaquer à la rivière en kayak.

Blackadar était tombé amoureux des rivières d’eau vive. Il était connu pour son attitude enthousiaste et pour repousser les limites du kayak. En 1971, il a terminé une course qui l’a jeté sous les projecteurs – Turnback Canyon sur la rivière Alsek en Alaska. Il s’agit d’une section fortifiée d’eau vive de 5e année. Avant Blackadar, cela n’avait jamais été tenté et était considéré comme impossible. Son succès lui a valu une couverture de Sports Illustrated.

Ses aventures l’ont vu apparaître plusieurs fois dans l’émission American Sportsman d’ABC. Au cours de sa carrière de kayak relativement courte, il a pagayé le Grand Canyon, parcouru des rivières sur la péninsule de Kenai et fait plusieurs tentatives sur les rapides Devil Canyon de la rivière Sustina. Il n’était peut-être pas le kayakiste le plus technique, mais il avait du bon sens. Blackadar part régulièrement avec juste une arme et de la vodka. Il a fait entrer en contrebande une arme de poing et de la marijuana au Canada, et il a sorti Evel Knievel de Snake River après l’échec de son saut en flèche. Tout au long de tout cela, il est resté un médecin et un chirurgien qualifié, jonglant avec sa carrière et son passe-temps avec une apparente facilité.

À 56 ans, il meurt dans son kayak. Il a affronté la fourche sud de la Payette, ce qu’il avait déjà fait auparavant, mais s’est retrouvé coincé sous une bûche et s’est noyé.

63. Marek Holecek

L’un des meilleurs grimpeurs au monde, Marek Holecek de la République tchèque est deux fois vainqueur du Piolet D’Or. Il l’a remporté en 2018 pour la Face Sud-Ouest du Gasherbrum I avec Zdenek Hak, et en 2020, pour la Face Nord-Ouest de Chamlang (7321m, Népal), toujours avec Zdenek Hak.

Il a réalisé ses premières ascensions et ouvert de nouvelles voies à Huandoy Norte au Pérou, Kyazo Ri au Népal, Monte Samila en Antarctique, Talung au Népal, Kohe Uparisina en Afghanistan, Mount Meru en Inde, Kyashar au Népal et Amin Brakk au Pakistan. En 2021, lui et son partenaire d’escalade Radoslav Groh ont fait une nouvelle ascension sur Baruntse, avec une descente épique.

64. Pierre Hamor

Mieux connu pour : escalader l’Annapurna deux fois, de chaque côté

Le Slovaque Peter Hamor a de l’expérience dans le Tian Shan, les Alpes, le Karakoram et l’Himalaya. Il a gravi l’Annapurna par une nouvelle voie en 2006 avec Piotr Morawski et Piotr Pustelnik. En 2010, il s’est fermement établi comme l’un des grimpeurs d’élite du monde lorsqu’il a de nouveau gravi l’Annapurna, cette fois par la face nord. Il est devenu le premier alpiniste à gravir le sommet le plus dangereux de 8 000 m des deux côtés.

Une autre de ses plus grandes réalisations a été la traversée du Gasherbrum I du sud au nord, combinée à l’ascension du Gasherbrum II, en 2008. Hamor a gravi tous les sommets de 8 000 m sans oxygène supplémentaire. Il continue d’explorer de nouvelles routes sur les plus hautes montagnes.

65. Eugène Smurgis

Spécialité : Arctique, aviron longue distance

Mieux connu pour : premier rameur océanique polaire, premier à ramer le passage du Nord-Est

Le rameur russe Eugene Smurgis était autrefois professeur d’éducation physique, mais il aimait surtout tester ses véritables compétences en dehors de la salle de classe. Il a commencé à ramer et est devenu une bête absolue dans l’eau. Des années 1960 aux années 1990, il a ramé des distances comme aucun autre rameur sur Terre, 48 000 km sur une période de 26 ans, battant plusieurs records.

Il a été le premier rameur polaire au monde et a navigué dans le passage du nord-est de la Russie, étouffé par les glaces, et dans la plupart des principaux lacs et rivières du pays.

66. Jim Bridwell

Mieux connu pour : l’ascension du nez d’El Capitan en une journée

Jim Bridwell est né pour être sauvage, et il a été à la hauteur de la devise jusqu’à la toute fin. L’un des soi-disant maîtres de la pierre de Yosemite, son nom est lié à plus de 100 itinéraires sur les grands murs de granit de la vallée légendaire. Avec John Long, il a réalisé la première ascension d’El Capitan’s Nose en une journée.

Le territoire de Bridwell s’étendait bien au-delà de la Californie. Il a mené de grandes ascensions en Alaska et a réalisé la première ascension de style alpin du Cerro Torre en Patagonie via la crête sud-ouest. Avec Jan Reynolds et Ned Gillette, il a ouvert une belle ligne sur la face sud de Pumori.

Il était aussi une star du rock’n’roll, vivant vite et sauvagement. Ses dernières années ont été difficiles, principalement à cause de problèmes financiers. Il a pris beaucoup de risques sur les montagnes, mais les montagnes étaient gentilles avec Bridwell. Au lieu de cela, c’est la vie dans les basses terres qui s’est avérée mortelle. Finalement, il est mort d’une hépatite C qu’il avait contractée en se faisant tatouer à Bornéo dans les années 1980.

67. Robyn Davidson

Robyn Davidson. Photographie de Rick Smolan/Against All Odds Production

Spécialité : L’Outback Australien

Mieux connu pour : sa promenade avec des chameaux à travers l’Outback australien

De nos jours, la plupart des gens expriment leurs frustrations politiques via des plateformes en ligne. Mais dans les années 1970, Robyn Davidson a choisi de se retirer de la période turbulente de changement politique en Australie en passant neuf mois dans le désert.

Avec quatre chameaux, Davidson a parcouru 2 700 km vers l’ouest à travers l’outback australien d’Alice Springs à Shark Bay. En route, elle a dû faire face à la déshydratation et aux chameaux malades. Son chien, Diggity, a été empoisonné. Après un voyage ardu, elle a écrit le livre Tracks, qui a inspiré des générations d’aventuriers.

68. Chantal Mauduit

Mieux connu pour : Première ascension féminine du Lhotse en solo

L’alpiniste française Chantal Mauduit a été la quatrième femme à gravir le K2. Dans les années 1990, elle a également gravi le Shishapangma, le Cho Oyu, le Manaslu et le Gasherbrum II, le tout sans oxygène. Puis en 1996, elle devient la première femme à faire du Lhotse en solo, également sans O2.

Malgré ses talents en haute altitude, elle a suscité une certaine controverse en cours de route. Ed Viesturs et d’autres ont suggéré qu’elle était ingrate en mettant d’autres alpinistes en danger lorsqu’elle a dû être secourue en descendant du K2 et après une tentative infructueuse sur l’Everest.

Mauduit et Sherpa Ang Tsering ont été retrouvés morts dans leur tente sur le Dhaulagiri en 1998, probablement à la suite d’un éboulement ou d’une avalanche.

69. Misha Malakhov et Richard Weber

Mieux connu pour : aller-retour au pôle Nord (terre à terre) non pris en charge

Le Canadien Richard Weber et le Russe Misha Malakhov venaient d’horizons très différents, mais ils ont forgé un formidable partenariat pour s’attaquer à un projet si intimidant que même Borge Ousland pensait que c’était impossible : un voyage sans assistance de la terre au pôle Nord et retour. Personne ne l’avait essayé jusqu’à ce que Weber et Malakhov l’aient réussi en 1995. Parce que les historiens ont maintenant écarté les affirmations de Peary et Cook, il s’agissait du premier et du seul aller-retour au pôle Nord.

Weber était un ancien skieur de fond de niveau national, qui faisait partie de l’expédition en traîneau à chiens à sens unique sans assistance de Will Steger au pôle Nord en 1986. Malakhov était également un skieur fort qui avait rejoint un célèbre groupe de skieurs polaires soviétiques, dirigé par Dmitri Shparo. Entre autres expéditions, ils ont skié 500 km entre des stations de glace flottantes sur l’océan Arctique dans le noir.

Le voyage du Canada au pôle Nord et retour a duré 108 jours. Personne n’a même essayé de le faire depuis. Malakhov est maintenant un homme d’affaires en Russie. Par la suite, Weber a dirigé de nombreuses expéditions polaires en tant que l’un des premiers guides, y compris des voyages à ski aux pôles Nord et Sud et ailleurs dans l’Arctique.

70. Roy Chapman Andrews

Mieux connu pour : la découverte des premiers œufs de dinosaures

Roy Chapman Andrews est venu de modestes débuts. Il a travaillé au Musée américain d’histoire naturelle, balayant et récurant les sols. Bien que la taxidermie soit son passe-temps, il n’aurait jamais rêvé de devenir directeur du musée et de diriger des expéditions dans des coins inexplorés du monde.

Il a gravi les échelons et est devenu la première personne à diriger une expédition paléontologique dans le désert de Gobi en Mongolie en 1920, où il a trouvé divers fossiles de dinosaures. En 1923, il a trouvé les coquilles d’œufs d’oviraptors, les premiers œufs de dinosaures jamais découverts. Il a été l’une des nombreuses inspirations d’Indiana Jones.

71. Kazimierz Nowak

Spécialité : Reportages de voyage, photographie, cyclisme

Mieux connu pour : Voyager en Afrique

Dans les années 1920, Kazimierz Nowak perd son poste de comptable. Au lieu d’en chercher un autre, il a décidé d’essayer quelque chose de moins conventionnel. Son nouveau travail à temps plein consistait à voyager sur son vélo et à rapporter ce qu’il a vu. Il a beaucoup fait du vélo à travers l’Europe et l’Afrique du Nord.

Dans les années 1930, il ne parcourait l’Afrique qu’à pied, à vélo, à cheval, à dos de chameau et en bateau. Il a refusé les modes de transport luxueux, choisissant même de prendre son vélo à travers les dunes de sable. Ses récits fascinants, ses photographies et ses connaissances sur les cultures locales ont fait de lui l’un des plus grands reporters de voyage de son temps.

72. Duc des Abruzzes

Mieux connu pour : la première ascension du mont Saint-Élie, tentative de K2 en 1909

Le duc des Abruzzes, Luigi Amadeo Giuseppe Maria Ferdinando Francesco, est né dans une vie de luxe mais s’est senti appelé à une autre. Il a beaucoup voyagé à des fins politiques, mais ne pouvait ignorer son désir d’explorer au-delà du domaine confortable de l’aristocratie. Les Abruzzes ont rejoint la marine italienne à seulement 11 ans.

Il s’est d’abord intéressé à l’escalade dans les Alpes italiennes. Le duc a gravi le Cervin via la tristement difficile crête de Zmult à 21 ans et est devenu célèbre en réalisant la première ascension du mont St. Elias. Il a également été le premier à explorer les sommets des 16 montagnes de la chaîne du Ruwenzori. Cependant, son opus magnum est son ascension pionnière du K2 en 1909, qui a exploré diverses voies, y compris ce qui est maintenant connu sous le nom de la crête des Abruzzes.

73. Galen Rowell

Spécialité : grimpeur, photojournaliste

Mieux connu pour : Premières ascensions et photos uniques

En 1977, Galen Rowell, avec John Roskelley, Kim Schmitz et Dennis Hennek, a fait la première ascension de la Great Trango Tower (6 286 m, Karakoram).

Rowell a également fait la première ascension d’un jour du Denali en 1978, avec Ned Gillette.

Ses premières ne s’arrêtent pas là. Il a fait la première ascension d’une journée du Kilimandjaro (5 895 m), la première ascension du Cholatse (6 440 m dans l’Himalaya), le premier tour du monde à ski de Denali et diverses premières ascensions dans le Karakoram, l’Alaska, les Andes et la Sierra Nevada. .

Il a été le pionnier d’un nouveau type de photographie dans lequel il considérait le paysage comme faisant partie de l’aventure et l’aventure comme faisant partie du paysage. « Ma première pensée est toujours la lumière », a-t-il déclaré.

Son livre Mountain Light: In Search of the Dynamic Landscape de 1986 est l’un des livres de photographie les plus vendus de tous les temps. A une époque où les photographes cachaient leurs emplacements et leurs techniques, Rowell partageait ouvertement.

74. Maurice Herzog

Mieux connu pour : la première ascension d’un sommet de 8 000 m

L’alpiniste français Maurice Herzog a été un héros pendant la majeure partie de sa vie, bien que dans les années qui ont suivi, sa relation avec la vérité a quelque peu souillé son nom. Herzog était considéré comme un alpiniste amateur raisonnable en France, mais pas comme un chef de file comme Rebuffat ou Terray. Malgré cela, il est nommé chef de l’expédition des Annapurnas en 1950.

Bien qu’il ne soit pas le meilleur grimpeur, Herzog s’est néanmoins bien comporté sur l’Annapurna. Avec Louis Lachenal, il atteint le sommet le 3 juin 1950. Ce faisant, lui et Lachenal sont les premiers à mettre le pied au sommet d’un sommet de 8 000 m. Cependant, la descente a été un désastre sans réserve.

Lachenal a perdu tous ses orteils à cause d’engelures, Herzog ses orteils et ses doigts. Lors de sa convalescence, Herzog a écrit le livre d’expédition le plus vendu de tous les temps, bien qu’un réexamen ultérieur de son récit ait révélé qu’Herzog était un peu lâche avec la vérité et un peu comme un chasseur de gloire aux dépens des autres.

Herzog est devenu ministre français de la Jeunesse et des Sports et maire de Chamonix-Mont-Blanc. Il a également été membre du Comité international olympique pendant 25 ans.

75. Louise Boyd

Mieux connu pour : Documenter les parties inexplorées de l’Arctique

Riche héritière, Louise Boyd a utilisé son héritage pour financer des expéditions cruciales pour le gouvernement américain. Elle a soutenu les efforts de recherche de l’explorateur disparu Roald Amundsen et a documenté des parties inexplorées de l’Arctique. La caméra de cartographie aérienne qu’elle a utilisée pour enregistrer la topographie du Groenland a contribué à de nouvelles cartes détaillées de la région qui sont encore largement utilisées aujourd’hui.

Boyd est surtout connue pour sa dernière expédition, au cours de laquelle elle est devenue la première femme à survoler le pôle Nord. Le vol de 1955 a duré 16 heures à Boyd. Elle avait 68 ans.

76. Casimiro Ferrari

Spécialité : Alpinisme, escalade sur big wall

Il a grandi entouré de la beauté des montagnes (et de suffisamment de parois rocheuses pour remplir la vie d’un grimpeur) sur les rives du lac de Côme. Ferrari était l’un des grimpeurs italiens d’élite regroupés dans le célèbre club de montagne Le Ragni di Lecco (Les Araignées de Lecco). Il a eu une carrière prometteuse en tant que propriétaire d’usine, épouse aimante… mais il les a tous abandonnés à cause du climat hostile, de la nature sauvage et des flèches acérées de la Patagonie. « Le Condor italien », comme l’appelaient les Argentins, a eu le coup de foudre pour la Patagonie. Il a fait la deuxième ascension, après la route du compresseur de Maestri, sur Cerro Torre. Puis vint la face Est du Fitz Roy, et quelques années plus tard, le Cerro Murallon.

Ferrari a finalement construit une maison au bord de Viedma, à 90 km d’El Chalten, surplombant le massif du Fitz Roy. Il n’est jamais parti jusqu’à sa mort en 2001. Sa femme a divorcé et il est devenu une sorte d’ermite, explorant et grimpant. Son dernier parcours était sur Aguja Mermoz en 1994, après un diagnostic de tumeur.

77. Antoine de St-Exupéry

Spécialité : Aviation et littérature

Mieux connu pour : Écriture du Petit Prince, pionnier de la poste aérienne, disparition

Difficile de mettre Antoine de Saint-Exupéry dans une seule case. Le Français était à la fois un aviateur doué et un écrivain exceptionnel. Il a rejoint l’armée de l’air française au début des années 1920, mais a pris un bref répit après s’être écrasé plusieurs fois. Malgré cela, il a persisté à réaliser son rêve et est revenu dans le jeu en tant que pilote commercial livrant du courrier aérien, un nouveau concept à l’époque.

Il aimait écrire sur ses expériences en aviation et ces disciplines complètement différentes se chevauchaient. Il a transmis sa passion dans l’une des œuvres littéraires les plus célèbres au monde, Le Petit Prince. Deux de ses livres sur l’aviation, Wind, Sand and Stars et Night Flight, sont des récits d’aventures exquis de la vraie vie.

En 1944, de Saint-Exupéry disparaît lors d’un vol de reconnaissance au-dessus de la vallée du Rhône.

78. Sylvia Earle

Mieux connu pour : Recherche sur les dommages causés par les marées noires

La contribution de la scientifique et biologiste marine Sylvia Earle à l’océan s’étend sur 50 ans de carrière. Parmi les exploits notables d’Earle figurent ses recherches sur les dommages environnementaux causés par la destruction par l’Irak des puits de pétrole koweïtiens pendant la guerre du Golfe.

Earle a fondé une entreprise chargée de faire progresser l’ingénierie marine ; l’une des nombreuses initiatives sur lesquelles elle a travaillé et visant à créer un environnement marin durable.

Sa combinaison JIM (une combinaison de plongée atmosphérique) non attachée en haute mer de 1979 a plongé au fond de l’océan et a établi le record de profondeur des femmes à 381 m. Son record n’a pas encore été battu.

79. Alison Hargreaves

Spécialité : Alpinisme, alpinisme de haute altitude

Mieux connu pour : Première ascension féminine de l’Everest en solo

L’alpiniste britannique Alison Hargreaves est connue autant pour sa mort que pour ses réalisations dans la vie. Pionnière dans l’escalade et l’alpinisme dans les années 1980 et 1990, Hargreaves a attiré l’attention lorsqu’elle a joué en solo des variations des six grandes faces nord des Alpes en une seule saison en 1993.

Férocement ambitieuse, Hargreaves a voulu repousser ses limites dans les Greater Ranges. En 1995, elle est devenue la première femme à gravir l’Everest en solo, le tout sans l’aide d’un Sherpa ni d’oxygène. Malheureusement, Hargreaves a été abattu à son apogée, tué par une tempête sur K2 quelques mois plus tard. Poursuivant la tradition familiale, son fils Tom Ballard est devenu le premier à gravir en solo les six grandes faces nord des Alpes en un seul hiver. Dans une tournure cruelle, il est décédé le Nanga Parbat en 2019.

80. Anders Svedlund

Mieux connu pour : premier à ramer en solitaire dans le Pacifique et l’océan Indien

Le Suédois Anders Svedlund se perdait toujours dans ses pensées. Il aimait tellement la solitude et la contemplation qu’il a décidé de ramer des océans entiers sans aide. Cela incluait l’évitement de l’équipement de navigation.

Il a réalisé le tout premier rang de l’océan Indien en 1971 (64 jours), puis du Pacifique en 1974 (191 jours). Il était également notoirement secret : il n’a d’abord rien dit de ses grandes réalisations, mais sa renommée s’est finalement propagée.

81. Jack Sheppard

Mieux connu pour : Pionnier de la plongée souterraine au Royaume-Uni

La spéléologie n’était pas vraiment une chose dans les années 1930. Jack Sheppard a décidé de changer cela. Son désir d’explorer les mondes souterrains était plus qu’un passe-temps, c’était une vocation.

Sheppard a dû repartir de zéro. Il n’y avait pas d’équipement de protection oxygéné, alors il a conçu et construit son propre costume. Ce fut une leçon d’essais et d’erreurs, avec plusieurs tentatives infructueuses. En 1935 et 1936, il a effectué des plongées réussies à Wookey Hole et Swildon’s Hole dans le Somerset. Il est crédité d’avoir créé le premier équipement sous-marin pour ce passe-temps unique.

82. Dervla Murphy

Mieux connu pour : Faire du vélo par voie terrestre de Dunkerque à Delhi

En 1963, Dervla Murphy a fait du vélo de Dunkerque à Delhi. Sur un simple vélo d’occasion conçu pour de courts trajets en ville, Murphy a traversé l’Afghanistan et l’Iran, malgré les troubles politiques. Elle a résisté à l’hiver européen le plus froid jamais enregistré et a repoussé les loups avec un pistolet.

La femme irlandaise unique en son genre s’est forgée une illustre carrière d’écrivain de voyage à travers de telles aventures. Le premier de ses 26 titres, Full Tilt: Ireland to India With a Bicycle, détaille son premier grand tour. Eight Feet in the Andes raconte un voyage à dos de mulet avec sa fille de sept ans.

83. Rick Stanton

Mieux connu pour : le sauvetage de la grotte de Tham Luang

Ancien pompier, Rick Stanton est un explorateur prolifique de grottes. Cela l’a poussé à combiner son ancien métier et sa passion, en se créant un nouveau rôle : un plongeur spéléo-sauveteur.

Il a utilisé ses compétences pour mener des opérations de sauvetage, notamment lors du sauvetage de Tham Luang en 2018. Il a également secouru six ressortissants britanniques piégés dans une grotte au Mexique.

En 2010, lui et trois autres personnes ont pénétré un record de 8 800 m dans le système de grottes de Pozo Azul en Espagne.

84. Paul Caffyn

Mieux connu pour : le tour de l’Australie

En 1982, le kayakiste de mer australien Paul Caffyn a réalisé l’une des pagaies les plus remarquables au monde. Caffyn avait déjà pagayé autour de la Nouvelle-Zélande et de la Grande-Bretagne. Puis, lorsqu’une conversation joviale entre amis aborda l’insondable tour du monde australien, il trouva un nouveau but.

L’Australie a mis un an à Caffyn pour pagayer. Il fut le premier à terminer le voyage. Sur l’expédition de 15 000 km, les menaçantes falaises de Zuytdorp étaient le point crucial. Il est resté éveillé pendant 36 heures au cours de cette section ardue, achevant le voyage et cimentant sa place dans l’histoire.

85. Hannes Lindemann

Mieux connu pour : les traversées transatlantiques en solo et non prises en charge

Les sportifs sont souvent motivés en apprenant précisément jusqu’où ils peuvent pousser leur corps. Pour Hannes Lindemann, cela signifiait deux traversées transatlantiques en solitaire et sans assistance, une en canoë et une en kayak.

Au cours de sa traversée de 65 jours en 1955, Lindemann a découvert que «l’esprit s’effondre avant le corps». Il souffrait de fatigue intense, de privation de sommeil et d’états altérés. Pour assister sa deuxième traversée, il s’est entraîné à la privation de sommeil et a pratiqué la méditation et la prière. Lindemann a écrit sur ses deux traversées dans son livre Alone at Sea.

86. Franz Romer

Mieux connu pour : Première personne à faire du kayak en solo d’Europe vers les Amériques

En 1928, un visionnaire Franz Romer s’est mis à devenir la première personne à faire du kayak seul d’Europe vers les Amériques. Il ne savait pas nager et n’a emporté qu’un sextant, une boussole, des jumelles et un baromètre. Parmi ses misères, il passa cinq jours sans dormir et souffrit de coups de soleil torrides. Naviguant principalement par les étoiles, Romer parcourait en moyenne 55 km par jour dans son kayak Klepper à ossature de bois de six mètres. Il a terminé la traversée pionnière en 58 jours.

87. Katia et Maurice Krafft

Mieux connu pour : des images de volcan exquises ; mourir lors d’une éruption

Katia et Maurice Krafft étaient liés par une passion mutuelle pour les volcans. Au cours des années 1970, leurs travaux se sont avérés déterminants pour améliorer notre compréhension du volcanisme.

Le couple était souvent le premier à arriver à une éruption. Katia a photographié pendant que Maurice filmait. Intrépide, Katia s’aventura souvent dangereusement près du bord. Elle a obtenu des mesures, des échantillons de gaz et des lectures de minéraux qui ont permis de mieux comprendre quand et comment les éruptions se produisent. Pour son travail, elle a reçu de nombreux prix.

En 1991, la chance du couple tourne. Lors du tournage de l’éruption du mont Unzen au Japon, ils ont été pris dans une coulée pyroclastique, un nuage dense et rapide de morceaux de lave, de cendres chaudes et de gaz brûlant. Ils sont morts sur le coup. Le cinéaste Werner Herzog a utilisé certaines des séquences volcaniques étonnamment intimes du couple dans son documentaire, Into the Volcano. Les clips vidéo incluent Katia, dans ce qui ressemble à un costume en papier d’aluminium, se tenant à un bras d’une rivière de lave en fusion.

88. Jane Goodall

Mieux connu pour : la recherche des relations étroites des chimpanzés avec les humains

Au cours des années 1960, Jane Goodall, 26 ans, a fait un voyage révolutionnaire dans la nature. Basé à Gombe, en Tanzanie, Goodall a développé un lien rare avec les chimpanzés. Elle a noué des relations de confiance avec nos parents primates les plus proches en s’immergeant dans leur environnement naturel. Elle a reconnu que les chimpanzés présentent des caractéristiques similaires à celles des humains, notamment l’utilisation d’outils et la formation de liens à long terme.

Goodall est devenu influent à l’échelle mondiale et est sans doute le scientifique le plus célèbre du monde. Consacrant sa vie au sort des chimpanzés, Goodall a créé le Jane Goodall Institute en 1977.

89. Félix Baumgartner

Mieux connu pour : le parachutisme depuis le bord de l’espace

En 2012, Felix Baumgartner a ouvert la porte d’une cabine suspendue à un ballon à l’hélium à 39 km au-dessus de la surface de la Terre. Puis il s’éloigna dans les airs.

La vidéo poignante documente le projet Red Bull Stratos, qui a tenté avec succès de battre des records du monde de parachutisme. Techniquement, la stratosphère n’est pas l’espace extra-atmosphérique, mais dans la vidéo, la ressemblance entre l’engin de Baumgartner et les capsules de sauvetage de 2001 : A Space Odyssey est étrange. Il sort simplement sur le petit seuil, fait un salut, puis sort dans l’obscurité.

Baumgartner disparaît dans la caméra embarquée — rapide. Il a atteint une vitesse de pointe de 1 357,64 km/h, à l’époque le saut en parachute le plus élevé et le plus rapide jamais exécuté.

Depuis qu’il est devenu le premier humain à franchir le mur du son à l’extérieur d’un véhicule, l’Autrichien a fait la une des journaux avec des déclarations controversées.

90. Brian Jones et Bertrand Piccard

Mieux connu pour : Premier à faire le tour du monde en montgolfière

Depuis Jules Verne, les aventuriers rêvaient de faire le tour du monde en montgolfière. Mais c’est beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît, et ce n’est qu’en 1999 que Brian Jones du Royaume-Uni et Bertrand Piccard de Suisse ont réussi.

Leur ballon n’était pas une simple affaire avec un chalumeau et un panier en osier. C’était un engin à air chaud fait de carbone et de kevlar. Il combinait une cellule interne d’hélium avec une montgolfière externe. Ils disposaient de six brûleurs au propane et d’une cabine pressurisée — nécessaire, car ils volaient à une altitude encore plus élevée que la plupart des jets, près de 12 000 m.

Parfois ils rampaient, parfois ils attrapaient le courant-jet et volaient à près de 300 km/h. Souvent, ils s’inquiétaient des tempêtes ou si leurs réservoirs de propane en titane suffiraient pour tout le voyage. En fin de compte, ils l’ont fait. Après 20 jours, un rêve longtemps imaginé d’exploration humaine est devenu réalité.

91. Freya Hoffmeister

Mieux connu pour : plusieurs méga-circonnavigations, dont l’Amérique du Sud et l’Australie

Athlète née, Freya Hoffmeister a concouru en gymnastique jusqu’à ce qu’elle devienne trop grande pour ce sport. Elle est ensuite passée au tir au skeet et plus tard au parachutisme. Après 1 500 sauts, dont le premier saut en tandem au pôle Nord, elle se met au kayak de mer.

Bientôt, elle a commencé à faire le tour des masses continentales, parfois seule. Elle a depuis enregistré la pagaie la plus rapide jamais réalisée autour de l’Islande, fait le tour de la Nouvelle-Zélande en solitaire et sans assistance, est devenue la deuxième kayakiste à faire le tour de l’Australie et la première à faire le tour de l’Amérique du Sud.

Le livre Fearless: One Woman, One Kayak, One Continent documente son voyage en Australie. Elle a célébré son 50e anniversaire à Buenos Aires après avoir terminé le voyage en Amérique du Sud le 10 mai 2014.

Actuellement, Hoffmeister tente de faire le tour de l’Amérique du Nord. La tâche nécessitera 50 000 kilomètres en kayak et durera de huit à dix ans. Elle a commencé en 2017.

92. Scott Lindgren

Scott Lindgren dans la North American River, près de sa maison du nord de la Californie. Photo : Cayce Clifford

Spécialité : expédition kayak d’eau vive

Mieux connu pour : être le meilleur kayakiste d’une génération

Au cours des années 1990, Scott Lindgren a illuminé le monde du kayak d’eau vive avec des premières descentes sauvages partout dans le monde. Son avantage caractéristique l’a propulsé à travers des premières descentes musclées en Amérique du Nord, en Afrique et en Asie. Lui et son équipe en ont capturé une grande partie sur VHS, produisant des courts métrages réalistes qui ont inspiré toute une génération.

Avant tout cela, il a grandi rude et pauvre dans la vallée de San Bernadino en Californie. Le traumatisme qui en a résulté a fait des ravages mais l’a également conduit à travers sa vie intense. Motivé à envoyer des rapides de plus en plus durs, Lindgren a simultanément eu du mal à savoir où tracer la ligne. Finalement, des problèmes de toxicomanie ont fait des ravages dans sa carrière et une tumeur au cerveau l’a presque tué.

The River Runner, sorti en août sur Netflix, raconte l’odyssée de Lindgren à travers le kayak, l’inspiration et les troubles personnels. Cela fait également suite à sa mission de pagayer sur les quatre plus grandes rivières de l’Himalaya, qui coulent du mont Kailash. Aujourd’hui âgé de 49 ans, il pagaie toujours à un niveau élevé.

93. Ricardo Cassin

Mieux connu pour : les araignées de Lecco

Légende italienne, Cassin a commencé à travailler très jeune, après la mort de son père. Cassin a commencé à grimper avec les Ragni di Lecco, un prestigieux groupe d’alpinistes italiens, et a ouvert ses premières voies à l’âge de 22 ans. les Dolomites.

En 1937, Cassin dirige la première ascension de la Via Cassin, la face nord-est du Piz Badile, avec Vittorio Ratti et Gino Esposito. Un an plus tard, Cassin, Esposito et Ugo Tizzoni gravissent l’éperon Walker sur la face nord des Grandes Jorasses. Cassin a également ouvert la route la plus technique sur Denali à l’époque (1961), désormais nommée à juste titre la crête de Cassin. En 1958, il dirigea une expédition au Gasherbrum IV, où Walter Bonatti et Carlo Mauri firent la première ascension.

Cassin a vécu jusqu’à 100 ans et a grimpé jusqu’à l’âge de 80 ans.

94. Ben Stookesberry

Spécialité : expédition kayak d’eau vive

Mieux connu pour : Kayak de pointe dans le monde entier

Le curriculum vitae de kayak de Ben Stookesberry déborderait les listes de seaux de la plupart des coureurs de rivière. Au cours de sa carrière, il a initié plus de 132 premières descentes sur des sections de rivières de classe V ou de classe VI dans 36 pays. Il a assumé des missions difficiles en Afrique centrale, au Pakistan, en Patagonie et au Bhoutan.

Stookesberry gravite vers les grands projets. Lors de son premier voyage de descente avec celui de son coéquipier Chris Korbulic en Papouasie-Nouvelle-Guinée, ils ont passé 13 jours à parcourir 13 gorges sur la rivière isolée Beriman. Dans l’archipel norvégien du Svalbard, Stookesberry a fait couler une cascade glaciaire de 65 pieds dans l’océan Arctique.

Ses efforts lui ont valu du prestige : l’expédition de Papouasie-Nouvelle-Guinée lui a valu, ainsi qu’à ses partenaires, le statut de héros de l’année National Geographic Adventure en 2007. En 2020, Stookesberry s’est à nouveau associé à Korbulic pour remporter l’expédition de l’année des Whitewater Awards pour leur première descente. de la rivière Noeick en Colombie-Britannique.

95. Heinrich Harrer

Mieux connu pour : Eiger North Face, Nanga Parbat, Sept ans au Tibet

Beaucoup imaginent l’explorateur autrichien avec le visage de Brad Pitt. Le film Sept ans au Tibet a ravivé l’intérêt pour Harrar, malgré de vieux rapports sur son implication dans le parti nazi. Sa réputation a ensuite été effacée, grâce au soutien de pas moins que le survivant de l’Holocauste et chasseur de nazis Simon Wiesenthal.

La vie de Harrer, avec ses lumières et ses ombres, vaut un film, ou toute une série. Avec Fritz Kasparek, il était l’un des quatre alpinistes à avoir terminé l’ascension de la face nord de l’Eiger dans les Alpes suisses. Il raconta plus tard l’histoire dans l’un des meilleurs livres d’alpinisme jamais écrits, The White Spider.

Harrer a participé à une expédition de reconnaissance au Nanga Parbat. Sur le chemin du retour, les soldats britanniques le firent prisonnier. Après plusieurs tentatives, il réussit à s’échapper du camp, se rendit au Tibet, rencontra le Dalaï Lama et, comme le titre du film l’indique, y passa sept ans.

De retour en Europe, il cultive une vie de voyage, d’écriture, d’exploration et d’escalade, jusqu’à sa mort à 93 ans.

96. Wojciech (Voytek) Kurtyka

Spécialité : style alpin, escalade en haute altitude

Mieux connu pour: Shining Wall de Gasherbrum IV

Kurtyka était l’un des grands pionniers polonais qui a stupéfié le monde par son endurance dans des conditions extrêmes et sa capacité à souffrir. Il est allé plus loin dans sa recherche de pureté et d’engagement de style alpin.

Kurtyka a progressé des Tatras au mur des trolls de Norvège, à l’Hindu Kush, puis à l’Himalaya. Il avait les meilleurs grimpeurs de l’époque au bout de sa corde et était un fidèle adepte du pur style alpin. Son ascension la plus connue (parmi les 10 meilleures du 20e siècle, selon Climbing Magazine), était la ligne ouverte avec Robert Schauer sur la face ouest du Gasherbrum IV, connue sous le nom de Shining Wall. Vous pouvez lire l’histoire complète de cette ascension épique ici.

97. Peter Knowles

Photo: Temple de la renommée internationale de l’eau vive

Spécialité : expédition kayak d’eau vive

Mieux connu pour : Intendance des eaux vives et guides dans l’Himalaya

Parmi les kayakistes en eaux vives, Peter Knowles est connu pour son style d’expédition en sac de terre. Alors que bon nombre de ses voyages ont abouti à des premières descentes, son approche a mis l’accent sur la recherche d’objectifs uniques pour s’attaquer sans assistance.

Des années 1980 aux années 2000, Knowles a développé une réputation d’ambassadeur du kayak. Lors de ses expéditions en équipe, il a souvent fait tout son possible pour impliquer les habitants. Sa carrière s’étend sur plus de 50 expéditions dans l’Himalaya, la Turquie, l’Europe et le Mexique.

Knowles a également acquis une notoriété durable pour ses guides sur des régions comme le Népal et les Alpes européennes. Beaucoup établissent encore la norme pour les domaines qu’ils décrivent, offrant des informations critiques volumineuses ainsi que des anecdotes et des dessins amusants. Il est considéré comme l’un des ancêtres d’une industrie du tourisme en eau vive en pleine croissance au Népal, au Bhoutan et en Inde.

98. Howard Carter

Mieux connu pour : découvrir la tombe du roi Tut

L’intérêt de Carter pour l’Égypte ancienne a commencé très tôt lorsque son père a peint le portrait d’un égyptologue bien connu. Suivant les traces de son père, Carter est également devenu un artiste.

Grâce à des liens familiaux, Carter a accepté un travail en faisant des dessins pour un archéologue travaillant sur un site en Égypte. En 1891, Carter, 17 ans, est arrivé à Beni Hassan pour commencer les travaux de fouille des tombes de l’Empire du Milieu. Là, il s’est bâti une réputation d’innovateur, utilisant de nouvelles méthodes pour dessiner des reliefs muraux.

En 1914, il dirigeait les fouilles de ce que l’on pensait être le lieu de sépulture du roi Toutankhamon. La Première Guerre mondiale suspendit bientôt ses opérations, mais l’équipe de Carter reprit le travail après la guerre.

Le 4 novembre 1922, un jeune ouvrier qui travaillait dans l’équipe a commencé à creuser dans le sable avec un bâton. Trouvant quelque chose d’étrange, il appela Carter. L’équipage a ensuite déterré un escalier qui menait à une porte scellée et à une chambre secrète. Le 26 novembre, l’équipe a fait une brèche dans la tombe, trouvant une énorme quantité d’or et de trésors à l’intérieur. Le 16 février 1923, Carter a ouvert la dernière chambre la plus intérieure de la tombe et a trouvé le sarcophage du roi Tut.

Carter est resté sur place jusqu’à la fin des fouilles en 1932. Contre la rumeur surnaturelle selon laquelle la tombe était en quelque sorte maudite, il a vécu jusqu’en 1939.

99. Fiodor Konyukhov

Mieux connu pour : L’explorateur le plus prolifique et le plus polyvalent au monde

À ce jour, l’aventurier russe sans escale a effectué plus de 50 expéditions : voile, trekking, aviron, escalade, traîneau, vélo, ski, montgolfière, rafting et expéditions à dos de chameau, à cheval, à chien de traîneau et à quatre roues. conduire. Nous en avons peut-être manqué.

Dans les années 2000, Konyukhov a traversé l’Atlantique sur 5 500 km dans un petit bateau de sept mètres, a fait le tour de l’Antarctique en bateau en 102 jours, a terminé la première rame en solitaire sans escale du Pacifique d’est en ouest (17 408 km) et a ramé 10 000 km à travers le Pacifique Sud.

Cependant, les océans n’en font qu’une partie. Il a effectué un tour du monde en montgolfière en solo et sans escale en 2016 (en un record de 11 jours 4 heures 20 minutes) et il est le premier Russe à terminer les Sept Sommets. Konyukhov est également le seul à avoir atteint les cinq pôles extrêmes : le pôle Nord (trois fois), le pôle sud, le pôle d’inaccessibilité dans l’océan Arctique, le mont Everest (le pôle des alpinistes) et le pôle des plaisanciers au cap Horn (quatre fois).

Pour couronner le tout, Konyukhov est un prêtre orthodoxe ordonné. Et un artiste. On ne sait pas où il trouve le temps.

100. Zhao Kangmin

Mieux connu pour : Découvrir les guerriers en terre cuite de la dynastie Qin

En 1974, Zhao Kangmin a reçu un appel téléphonique de la commune de Yanzhai à Lintong, en Chine. Il semblait que des gens avaient accidentellement déterré des fragments de statues anciennes. Ne sachant pas ce qu’ils étaient, les gens les jetaient, les réutilisaient ou les donnaient aux enfants comme jouets.

Zhao a pensé que les traces pourraient être importantes. Depuis 1961, il dirigeait le département des reliques culturelles et de l’archéologie au centre culturel du comté de Lintong. Près de l’ancienne capitale de Xi’an, la région était riche en sites archéologiques. Zhao lui-même avait déterré trois statues grandeur nature d’arbalétriers agenouillés en 1962.

Organiser la logistique d’une nouvelle enquête peut être délicat. Pendant la Révolution culturelle, Mao Zedong avait ordonné aux soldats de la Garde rouge de détruire une statue similaire de la dynastie Qin et avait forcé Zhao à se déshonorer publiquement pour avoir « encouragé le féodalisme ».

Si subrepticement, Zhao se rendit à la commune de Yanzhai et commença les fouilles. Rassemblant tous les fragments qu’il a pu trouver, il a minutieusement reconstruit plusieurs autres «guerriers en terre cuite» et les a exposés au Centre culturel. Bientôt, un journaliste en visite a vu les statues et a rendu public la découverte à son retour à Pékin.

La Révolution culturelle n’était pas encore terminée et Zhao craignait que le gouvernement ne détruise à nouveau les statues. Au lieu de cela, ils ont financé une fouille complète. Sous la direction de Zhao, les archéologues ont déterré plus de 500 guerriers en terre cuite en quelques mois. Le site est aujourd’hui mondialement connu.