20 minutes avec : le photographe océan David Doubilet

« Two Worlds: Above and Below the Sea » de DavidDoubilet sort chez les éditeurs Phaidon le 27 octobre

"Two Worlds: Above and Below the Sea" de DavidDoubilet sort chez les éditeurs Phaidon le 27 octobre

Au cours des 50 dernières années,

David Doubilet

a photographié presque tous les océans du monde pour National Geographic, de l’océan Indien aux eaux autour de l’Antarctique et du Nunavut.

Écosystèmes de récifs coralliens qui abritent des populations denses de requins (plus de 700 requins) Atoll de South Pass Fakarava, Polynésie française.

Écosystèmes de récifs coralliens qui abritent des populations denses de requins (plus de 700 requins) Atoll de South Pass Fakarava, Polynésie française.

Le style photographique de Doubilet est atypique : il ne se contente pas d’enfoncer son appareil photo sous l’eau et de commencer à photographier des créatures marines. Il adopte plutôt une approche « moitié-moitié ». Sur chaque photo, l’objectif de son appareil photo n’est qu’à moitié sous l’eau. Après avoir passé plus de 27 000 heures sous l’eau avec son appareil photo, il a une nouvelle monographie qui présente ses clichés les plus merveilleux. Two Worlds: Above and Below the Sea est sorti chez les éditeurs Phaidon le 27 octobre. Le livre retrace ses voyages dans divers océans et présente des photos de coraux tropicaux multicolores, de requins, de bébés phoques et même de pollution plastique aux Philippines.

Doubilet, 74 ans, a parlé à Penta des glaciers du Groenland, de son appareil photo de prédilection et de la nage avec les requins.

PENTA : Vous prenez des photos sous-marines différentes des autres : votre objectif est à moitié sous l’eau et à moitié au-dessus de l’eau. Pourquoi?

David Doubilet : C’est une façon de photographier l’océan et d’impliquer le reste du monde. C’est la plus grande de toutes les frontières de notre planète. Un côté est connu, l’autre côté est l’inconnu. Même maintenant, l’art de la photographie sous-marine n’a que 70 ans.

Comment était la technologie de prise de vue sous-marine lorsque vous avez commencé il y a 50 ans ?

Eh bien, la véritable percée de la photographie sous-marine a été une invention créée par un photographe de National Geographic nommé

Flathead à but non lucratif offre aux vétérans de la plongée sous-marine thérapeutique
Voir l’article :
KALISPELL — Pour certains vétérans aux prises avec des blessures ou un…

Un pêcheur avec son fils dans un outrigger d’un village de la péninsule de Willaumez sur l’île de New Britain, Kimbe Bay, Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Bates Littlehales.

Il a inventé un boîtier, un appareil photo Nikon F qui rentre dans une boîte en aluminium avec un dôme et du plexiglas qui fait office d’objectif géant. L’eau grossit tout d’un tiers. C’était à la fin des années 1960 et toutes sortes d’objectifs arrivaient sur le marché. Le journalisme changeait rapidement pendant la guerre du Vietnam. Il a donné aux photographes sous-marins la possibilité de photographier ce qu’ils ont vu.

Vous avez capturé beaucoup de teintes turquoise et d’eau propre, mais avez-vous aussi vu de l’eau sale ?

Oui, dans le livre, il y a une photo de la pollution plastique aux Philippines. Quand ils ont des typhons, c’est une marée concentrée de plastique. Idem avec Raja Ampat, qui se trouve à l’extrême ouest de la Papouasie occidentale. Il n’a pas de système de recyclage. Quand la pluie arrive, ce qui ressemble à un récif immaculé est inondé de plastique, puis revient. Le plastique est une considération importante, tout comme le changement climatique et le réchauffement climatique.

Ayant remonté le nord pendant de nombreuses années, avez-vous remarqué la fonte des glaciers ?

Vous voyez beaucoup plus d’icebergs engendrés par les grands glaciers de l’ouest du Groenland. Lorsqu’ils se dissolvent, les glaciers se transforment en sculpture. Un iceberg est une métaphore de l’océan. C’est ainsi que nous voyons l’océan ; 20% est ce que nous savons, 80% est ce que nous ne savons pas. Les ours polaires et les manchots sont en grande difficulté, c’est un indicateur du changement climatique. Pour moi, c’est un indicateur de l’évolution de nos océans. Et pour documenter nos océans dans un temps et un lieu. Cela va changer pour toujours.

Des plongées plus longues et plus profondes maintenant à Wolf Rock
Lire aussi :
Situé à Rainbow Beach, Wolf Rock Dive est un site de plongée…

Manchots papous et à jugulaire sur la banquise près de l’île Danko, Antarctique

Quel a été le moment le plus mémorable que vous ayez vécu sous l’eau ?

Être là depuis si longtemps, l’un des plus grands cadeaux du travail est probablement qu’il m’a donné une incroyable perspective du temps dans la mer. Et à quel point les océans sont importants. Faire ces images moitié-moitié est une joie totale, c’est aussi un sacré processus.

Avez-vous une idée des images que vous souhaitez créer sous l’eau ?

Le matin, vous roulez sur des bateaux. Vous recherchez principalement des images au fond de votre esprit avec les images moitié-moitié. Je sais que c’est une excellente façon de raconter une histoire. Lorsque la photographie est transcendée en un art, c’est à ce moment-là que vous capturez le cœur et l’imagination des gens. Vous leur montrez le plus grand spectacle sur terre, qui est la nature. Le récit est sous l’eau, le drame est au-dessus de l’eau. Le drame est aussi simple que la lumière. Ce qui est étonnant, c’est que la surface de l’eau ne cesse de m’émerveiller. C’est un vrai miroir. Il bouge et change. Lorsque vous y ajoutez du flash ou de la lumière, surtout le soir, il se transforme en cristal.

Comment était-ce de tirer sur les glaciers du Nunavut?

Je travaillais avec les phoques du Groenland dans le golfe du Saint-Laurent au Canada, où tout se passe au bord de l’océan. Vous faites de la plongée en apnée, pour la plupart. Je ne fais pas de la plongée sous-marine, mais je porte parfois mon réservoir et mon gilet. C’était peu profond, froid et clair comme une bouteille de sable. Il y a cet aspect amusant des Caraïbes là-bas. Pourtant, nous flottions dans le nord avec ces glaciers sculpturaux. Il n’y avait pas d’humains.

Vous vous approchez des animaux sans les effrayer ou vice versa. Qu’est-ce que ça fait de nager avec les requins ?

Vous devez être prudent lorsque vous travaillez avec des requins. J’ai passé ma vie à plonger avec des requins, des requins blancs aux requins pèlerins. Quand ils chassent ou ont faim, ils peuvent s’intéresser à vous, mais normalement ils ne le sont pas. Mais soudain, le tempo change. C’est comme être dans une boîte de nuit, puis soudain quelque chose se passe et vous devez partir.