5 façons dont Jacques Cousteau a poussé pour protéger la planète

Regardez Becoming Cousteau, un documentaire de National Geographic qui sera présenté dans une sélection de cinémas britanniques à partir du 12 novembre.

Lors du Sommet de la Terre des Nations Unies de 1992 à Rio de Janeiro, des célébrités comme Jane Fonda et Pelé se sont mêlées à des personnalités comme le Dalaï Lama et George Bush. Mais quand est venu le temps pour les présidents, premiers ministres et autres dirigeants mondiaux de se réunir pour une photo officielle, ils ne se souciaient que d’une personnalité publique. Alors qu’ils se rassemblaient pour le photographe, les dirigeants réclamaient à grands cris le vieillissant Jacques-Yves Cousteau pour se joindre à eux.

Surnommé «Captain Planet» lors de l’événement, le légendaire explorateur, océanographe et défenseur français était venu demander aux dirigeants de reconnaître le droit des générations futures à profiter d’une planète non contaminée, des responsabilités que l’ONU a finalement officiellement reconnues. Près de 30 ans plus tard, on se souvient encore de Jacques Cousteau pour ses contributions indélébiles non seulement à la façon dont les gens voient le monde, mais à l’environnement lui-même. Voici cinq façons dont il a mis l’environnement à l’ordre du jour international.

L’océanographe français Jacques Cousteau rit aux côtés de dirigeants mondiaux de Roumanie, de Papouasie-Nouvelle-Guinée, du Mozambique, de Cuba et d’autres pays, lors du Sommet de la Terre des Nations Unies de 1992 à Rio de Janeiro.

Photographie d’Omar Torres, AFP, Getty Images

1. Il a ouvert le monde sous-marin

1. Il a ouvert le monde sous-marin

Cousteau est connu comme l’un des pères de la plongée sous-marine, qu’il a aidé à lancer au milieu du 20e siècle. Ancien pilote de marine français, Cousteau s’intéresse de plus en plus à l’exploration océanique. En 1943, alors qu’il cherchait des moyens de rendre les profondeurs plus accessibles aux plongeurs indépendants, il a expérimenté des modifications à la technologie de respiration sous-marine existante qui permettraient aux plongeurs de rester plus longtemps sous la surface sans être liés à un tuyau d’air d’un navire à proximité.

Le résultat était le régulateur à la demande, ou aqualung, qui fournissait de l’air à la demande à la pression correcte. L’appareil a libéré les plongeurs de leurs navires et leur a permis de passer du temps à explorer sous la surface. Là, ils ont rencontré un vaste nouveau monde qui regorgeait de vie inconnue.

La plongée sous-marine signifiait que les gens pouvaient mener des recherches scientifiques, observer des animaux, nettoyer des mines et même mener des expéditions archéologiques sous la mer. Et le mystère qu’il a aidé à percer continue : à ce jour, on estime que 80 % de l’océan n’a pas encore été exploré.

Avec Aqua Lung et caméra, Cousteau explore près de Conshelf II, un village sous-marin qu’il a construit au fond de la mer Rouge. En 1943, il a apporté des modifications à la technologie de respiration sous-marine existante et est devenu le père de la plongée sous-marine.

Photographie de Robert B. Goodman, National Geographic Creative

(Lisez comment Cousteau et la National Geographic Society ont exploré l’océan ensemble.)

Nécrologie de David Skidmore (2021) - Hughson, CA - Modesto Bee
Sur le même sujet :
David Skidmore 7 octobre 2021 Hughson, Californie – Avec une grande tristesse,…

2. Il a montré aux gens pourquoi ils devraient se soucier de l’océan

2. Il a montré aux gens pourquoi ils devraient se soucier de l'océan

Cousteau était fasciné par l’idée de photographier sous l’océan dès son adolescence, lorsqu’il a commencé à modifier et à inventer du matériel photographique tel qu’un traîneau sous-marin qui lui permettait de filmer au fond de l’océan. Après avoir inventé l’équipement de plongée, il a travaillé avec Harold Edgerton, professeur au Massachusetts Institute of Technology, pour créer un éclairage adapté aux conditions sous-marines extrêmes. Des lumières stroboscopiques qui éclairaient les animaux des grands fonds aux lumières capables de pénétrer dans les eaux profondes, Cousteau a aidé à révéler ce qui se trouvait en dessous.

Il a également co-créé la première véritable caméra sous-marine, la Calypso. Nommé d’après son navire préféré, l’appareil photo de 1961 pouvait être utilisé jusqu’à 600 pieds sous l’eau et était également viable au-dessus de la surface. Ces innovations et d’autres ont permis de prendre des photos et même de filmer des films sous l’eau. Les images sous-marines saisissantes de Cousteau ont été présentées dans National Geographic, qui a financé une partie de ses premières explorations.

Cousteau a transformé ce médium en une forme d’art avec des photographies étonnantes et des films influents comme The Silent World (1956), World Without Sun (1964) et Voyage to the Edge of the World (1977). L’essor de la photographie sous-marine n’a pas seulement profité aux explorateurs et aux scientifiques, il a aidé le public à comprendre les merveilles de l’océan et à se sentir investi dans sa conservation.

Jillian Michaels annonce ses fiançailles avec DeShanna Marie Minuto
Lire aussi :
Jillian Michaels est prête à dire « Oui ! »L’entraîneur de célébrités a révélé samedi…

3. Il a plaidé pour les océans et les récifs coralliens

Le contact permanent avec les créatures marines a aidé Cousteau à passer des « films d’aventure », comme il les appelait, à la défense de toute vie dans la mer. Sa vie de marin a conduit à une profonde appréciation des récifs coralliens et des plantes et animaux sous-marins. Cousteau a été parmi les premiers à documenter le sonar chez les dauphins ; il a également découvert de nouvelles espèces et même trouvé des bassins volcaniques jusque-là inconnus au fond de l’océan.

Même si Cousteau a été une sorte d’ambassadeur des océans au cours de sa carrière de plusieurs décennies, son bilan a été entaché d’accusations de cruauté envers les animaux en début de carrière. Dans une biographie de son père, Jean-Michel Cousteau a écrit que l’explorateur utilisait et tuait des créatures marines capturées et traitait les autres avec insensibilité. Dans l’un de ses films, Cousteau a démontré la pêche à la dynamite, une technique utilisée par les premiers plongeurs dans laquelle de la dynamite est jetée dans l’eau pour tenter d’étudier la vie animale dans une région particulière, en tuant et en ramenant à la surface des créatures qui autrement fuient ou se cachent. des plongeurs dans l’eau.

Pourtant, à la fin de sa vie, Cousteau avertissait que les humains appauvrissaient et ruinaient les océans, menaçaient les animaux et étaient sur le point de détruire les récifs coralliens. En 1974, il a déclaré à l’écologiste Phil Dustan qu’il soupçonnait que les humains dégradaient les récifs coralliens; sa prédiction s’est avérée trop juste. Aujourd’hui, les scientifiques disent que les humains ne sont qu’à une décennie de perdre la plupart des récifs coralliens du monde à cause du blanchissement, du changement climatique d’origine humaine et d’autres facteurs.

Dernières nouvelles
Sur le même sujet :
samedi 30 octobre 2021 15:20:59Un homme est décédé aujourd’hui en faisant de…

4. Il a dénoncé le déversement de déchets nucléaires

Alors que Cousteau passait de plus en plus de temps sous l’eau, il s’est inquiété des projets des gouvernements mondiaux de déverser des déchets nucléaires dans les océans et les mers du monde. En 1959, après avoir entendu parler de la proposition du gouvernement français de déverser ses déchets nucléaires dans la Méditerranée, Cousteau s’est engagé dans une vaste campagne d’information publique et est devenu un adversaire farouche à la fois de l’énergie nucléaire et de l’utilisation des océans du monde comme zones de déversement nucléaire.

Cousteau avec une caméra s’approche d’un lion de mer au repos sur l’île de Lobos, en Uruguay. À la fin de sa vie, Cousteau avertissait que les humains ruinaient les océans et menaçaient les animaux, devenant un défenseur de la conservation.

Photographie de James P. Blair, National Geographic Collection

Cousteau rencontre alors le président George Bush dans la roseraie de la Maison Blanche en 1992. Cousteau a exhorté le président à assister au prochain Sommet de la Terre à Rio de Janeiro.

Photographie de Marcy Nighswander, AP

La campagne de Cousteau pour mettre fin aux déversements en Méditerranée a réussi et il a continué à lutter contre la pollution des océans à travers sa fondation, ses livres et ses apparitions publiques. « Nous voulons le droit de tous à décider quels risques ils prendront ou ne prendront pas, pour protéger la qualité de vie des générations futures », a-t-il écrit dans une brochure de 1990.

5. Il a créé un sens des responsabilités pour les générations futures

L’exploration incessante de Cousteau du monde sous la surface de l’océan l’a amené à ressentir un sentiment de profonde responsabilité non seulement pour les gens et les animaux de son temps, mais pour ceux de l’avenir. En 1991, il a commencé à recueillir des signatures pour une pétition en faveur des droits des générations futures dans l’espoir de faire pression sur les Nations Unies pour qu’elles modifient sa charte afin d’inclure les droits de ceux qui doivent encore profiter du monde naturel.

Cousteau a finalement rassemblé neuf millions de signatures du monde entier, et en 1997, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture a fait une déclaration sur les responsabilités des générations présentes envers les générations futures qui comprenait un langage sur la préservation de l’environnement et la responsabilité de « léguer aux générations futures une Terre qui ne sera pas un jour irréversiblement endommagée par l’activité humaine.

Cousteau a parlé de ces obligations lors de la conférence de l’ONU à laquelle il avait assisté en 1992. « Les générations futures ne nous pardonneraient pas d’avoir délibérément gâché leur dernière chance », a-t-il déclaré. « Arrêtons ce génocide à retardement ! Cessons de ne penser qu’à nous-mêmes et de ne raisonner qu’à court terme… C’est notre responsabilité, car nous tenons entre nos mains l’avenir des générations exigeantes de demain.