« Disgrâce nationale »: décembre meurtrier fait grimper le nombre de noyades de l’année dernière jusqu’en 2020

17 janvier 2022 23:053 minutes à lire

L’année dernière a enregistré autant de noyades qu’en 2020, malgré un confinement de quatre mois. Photo / 123rf

Les noyades ont tué autant de personnes en Nouvelle-Zélande l’année dernière qu’en 2020, malgré un verrouillage de quatre mois, et restent la principale cause de décès récréatif du pays.

Le rapport sur les noyades 2021 publié par Water Safety New Zealand (WSNZ) a aujourd’hui le nombre de noyades évitables à 74 – le même que l’année précédente.

Avec 12 décès, Wellington a enregistré le plus grand nombre de décès par noyade depuis 1998.

Le directeur général de Water Safety New Zealand, Daniel Gerrard, a déclaré que 2021 était sur la bonne voie pour être une année inférieure à la moyenne, mais décembre avait enregistré 20 noyades – le plus en 25 ans.

« Chaque décès évitable est dévastateur pour une famille / whānau et la communauté », a-t-il déclaré.

« Bien qu’une grande partie du pays ait été bloquée pendant une longue période l’année dernière, la noyade a fait 74 morts.

« Notre bilan de noyades est quelque chose que chaque Néo-Zélandais devrait voir comme une honte nationale et que nous avons tous la responsabilité de régler.

« Nous devons tous prendre de meilleures décisions concernant l’eau. »

Les résultats montrent que les Maoris et les hommes sont surreprésentés dans les statistiques : 84 % des victimes de noyade sont des hommes.

Vingt-trois des victimes (31 %) étaient maories, alors qu’elles ne représentaient que 16,5 % de la population.

Plus important encore, 96% des décès de Maoris et 100% des décès par noyade de Pacifica étaient des hommes.

Au cours de la période de Noël et du Nouvel An, 14 personnes ont perdu la vie dans les voies navigables néo-zélandaises – la période de vacances la plus meurtrière pour les noyades en près de 25 ans.

Le nombre de noyades de 74 est en baisse par rapport à la moyenne quinquennale de 80, mais il s’agit de la principale cause de décès récréatif et de la troisième cause de décès accidentel en Nouvelle-Zélande.

Le rapport montre qu’Auckland, Waikato et Wellington ont eu 12 morts par noyade chacune. Les décès dans la capitale se sont produits le plus souvent dans le port, tandis que les décès à Auckland et Waikato se sont produits principalement sur les plages.

Le total de 12 noyades à Wellington était en hausse de 100 % par rapport à la moyenne quinquennale et était le nombre le plus élevé de la région en 23 ans.

Le total de Waikato a également augmenté de 20% par rapport à la moyenne sur cinq ans, tandis que le nombre de décès à Auckland a diminué de 20%.

La natation – principalement sur les plages ou les rivières – représentait 31 % des décès tandis que la navigation de plaisance représentait 24 %. Les activités sous-marines telles que la plongée sous-marine, la plongée avec tuba et la plongée libre représentaient 11 %.

Les décès par noyade ont également augmenté parmi les groupes d’âge plus âgés, les décès chez les personnes âgées de 45 ans et plus augmentant jusqu’à 50 % à partir de 2020. Les hommes ont également dominé les groupes d’âge plus âgés.

WSNZ note également le taux élevé de noyades mortelles en Nouvelle-Zélande par rapport à des pays comme l’Australie, le Canada et le Royaume-Uni.

Au cours des 10 dernières années, la Nouvelle-Zélande a enregistré un taux de 1,7 noyade pour 100 000 habitants, contre 1,1 en Australie et 1,3 au Canada.