La guerre froide devient trop chaude pour le confort

La guerre froide devient trop chaude pour le confort

La guerre froide devient trop chaude pour le confort

publié : 20 Fév 2022 à 04:00

rubrique journaux :

Nouvelles

Ayant été élevé dans les années 50 et 60 pendant ce qu’on appelait la guerre froide, je trouve un peu triste qu’après toutes les décennies qui ont suivi, rien ne semble avoir changé. La Russie et l’Occident recommencent, s’insultant encore. Mais tant que ça reste des injures, on accepte ça.

Enfant, je me souviens des actualités granuleuses des puissants défilés du 1er mai sur la Place Rouge, avec le bureau politique saluant tous ces soldats, ces chars et une procession apparemment sans fin de missiles effrayants. Les choses semblaient beaucoup plus simples à l’époque pour nous, les écoliers. Il y avait l’énorme empire rouge de l’Union soviétique (URSS) qui était les méchants. Puis il y a eu l’Occident, les gentils. Assez simple vraiment. En URSS, tout le monde mangeait du bortsch et les chœurs militaires chantaient des cantiques. En Occident, c’étaient les burgers, les Beatles et les Beach Boys.

L’un de mes premiers souvenirs était un film d’actualités de Khrouchtchev visitant Oxford en 1956 lors d’un voyage en Angleterre. Je me souviens avoir demandé à mon père pourquoi les étudiants universitaires chantaient « Poor old Joe » et il a expliqué que c’était une référence à l’ancien dirigeant soviétique Joseph Staline que Khrouchtchev avait dénoncé plus tôt cette année-là. Ma prochaine image durable est celle de cette étrange session de l’Assemblée générale des Nations Unies de 1960 au cours de laquelle un Khrouchtchev furieux a agité ses poings et a cogné sa chaussure de colère. C’était amusant.

Sea Women of Melanesia reconnue – EMTV Online
A voir aussi :
Pour la plupart des gens, les palmes, les masques et les combinaisons…

« L’olympien »

"L'olympien"

Puis, en octobre 1962, il y a eu la crise des missiles cubains, ce qui n’était définitivement pas amusant. J’étais adolescent et, comme la plupart des Britanniques, je connaissais peu Cuba, à part la production de cigares que personne en Grande-Bretagne ne pouvait se permettre.

Les cigares devaient jouer un rôle important dans les nombreuses tentatives de la CIA pour « éliminer » le dirigeant cubain Fidel Castro, qui aurait survécu à des centaines d’attentats à la vie. Le plus célèbre était le cigare explosif qui s’est avéré être un raté, tout comme les tentatives d’empoisonner son cigare préféré. Plus imaginatif peut-être était la coquille de conque piégée préparée pour l’une des expéditions de plongée sous-marine de Castro. Cela n’a pas fonctionné non plus.

Chris Hemsworth a passé un moment incroyable à filmer "Extraction" en Inde, dit "des milliers de personnes nous ont applaudi après
Ceci pourrez vous intéresser :
MUMBAI : La star hollywoodienne Chris Hemsworth a déclaré qu’il avait passé…

j’espionne

Cela a incité Castro à commenter: « Si les tentatives d’assassinat survivantes étaient un sport olympique, je gagnerais la médaille d’or. »

L’un des résultats positifs de la guerre froide a été qu’à ses débuts, elle a suscité des dizaines d’excellents romans d’espionnage de Graham Greene, Len Deighton et John le Carré. Ceux-ci ont à leur tour conduit à de nombreux films qui ont maintenu Michael Caine dans les affaires pendant un certain temps, dépeignant l’espion anglais Harry Palmer dans The Ipcress File (1965) et Funeral in Berlin (1966).

De la plongée sous-marine à la tyrolienne, voici ce que vous devriez ajouter à votre liste de choses à faire cet été
Voir l’article :
Alors que les États-Unis font leurs adieux aux restrictions COVID et commencent…

Le facteur Poutine

D’autres thrillers de la guerre froide qui m’ont trouvé en train de me faufiler à l’Odéon local dans les années 60 étaient The Manchurian Candidate (1962) avec Laurence Harvey et The Spy Who Came in from the Cold (1965) avec Richard Burton. Plus tard vinrent les formidables séries télévisées Tinker Tailor Soldier Spy et Smiley’s People de Le Carré avec Alec Guinness au top de sa forme.

Cela peut sembler paradoxal, mais certains des plus grands fans des films d’espionnage de Caine étaient l’agence de sécurité soviétique, le KGB. Caine s’est dit surpris d’apprendre qu’un admirateur de la série Harry Palmer était un certain Vladimir Poutine. L’acteur a déclaré au Daily Express qu’un de ses amis avait rencontré M. Poutine lorsqu’il était à la tête du KGB. M. Poutine aurait déclaré: « Dites à M. Caine que nous avions l’habitude de regarder ces films et de rire parce qu’il était un espion si intelligent. »

Place Rouge sous la pluie

Caine était fier de son personnage de Palmer, le voyant comme un espion beaucoup plus réaliste que James Bond, bien que 007 de Sean Connery ait mieux performé au box-office. Caine pensait que Bond « était si évident qu’il ne pouvait pas être un espion car il attirait tellement l’attention sur lui. Mon espion est le gars ordinaire qui fait ses propres courses au supermarché ».

Quinze ans après la crise cubaine, je me suis retrouvé debout sur une Place Rouge très humide. C’était en juin 1977 et j’étais en route pour l’Angleterre depuis Bangkok et j’ai décidé de profiter au maximum d’une escale d’Aeroflot à Moscou. Le fait que la compagnie aérienne russe offrait les tarifs les moins chers n’a bien sûr pas influencé ma décision.

Diplomatie des Beatles

Leonid Brejnev était à la barre mais la guerre froide était encore très froide. J’avoue avoir eu un peu de buzz sur cette célèbre place en s’imprégnant de l’histoire. Malgré une bruine constante, un couple de mariés fait la queue pour des photos avec la magnifique toile de fond de la cathédrale Saint-Basile et de ses minarets. Hélas, je n’ai rencontré aucun de ces agents secrets féminins sournois qui poursuivaient Bond dans From Russia with Love.

Pendant que j’étais à Moscou, je n’arrivais pas à sortir de ma tête l’ironie des Beatles « Back in the USSR », que Paul McCartney a écrite à propos d’un espion soviétique rentrant chez lui après une mission prolongée aux États-Unis et qui comprend les paroles « the Les filles ukrainiennes m’assomment vraiment ». La musique des Beatles était interdite en Union soviétique à cette époque. Mais en 2003, McCartney devait interpréter cette même chanson lors d’un concert sur la Place Rouge en présence d’un certain Vladimir Poutine, qui a dit à Paul qu’il aimait la musique des Beatles. Drôle de vieux monde n’est-ce pas ?

Peut-être que si Joe Biden et M. Poutine passaient une soirée ensemble à regarder d’anciens films d’espionnage de Caine et à écouter les Beatles, les choses pourraient se calmer un peu.

Contactez PostScript par e-mail à oldcrutch@hotmail.com