Nicolai Hojgaard : « J’ai fait du bon travail »

Nicolai Hojgaard était heureux de retrouver son jeu naturel alors qu’un deuxième tour de 65 l’a mis dans le coup avant le week-end au championnat Ras Al Khaimah 2022 présenté par Phoenix Capital. Le Danois a remporté son premier titre DP World Tour lors de l’Open d’Italie DS Automobiles de la saison dernière, avec une deuxième place au Portugal et une égalité pour la quatrième place au DP World Tour Championship, Dubaï l’aidant à terminer dans le top dix européen à l’âge de seulement 20.

Il a raté le cut lors des deux premiers événements Rolex Series de 2022, mais après que les manches 67-65 ne l’aient laissé que deux derrière après 36 trous au Al Hamra Golf Club, Højgaard se sentait à nouveau bien dans son jeu.

Nicolai Hojgaard, déclarations

Nicolai Hojgaard, déclarations

« Après ces deux dernières semaines, j’ai fait du bon travail.

J’avais l’impression que mes pensées et mon swing étaient un peu bloqués, je ne pouvais pas me libérer, alors j’ai juste essayé de me libérer un peu, de jouer au golf avec mes compétences et de laisser mon talent prendre le dessus au lieu d’essayer de trop réfléchir. .

Ma longueur était définitivement un gros avantage sur le tee. Aujourd’hui, j’ai frappé quelques clés, les 13 et 14 et il y a quelques bunkers que je peux transporter, donc si je peux frapper droit, la longueur est définitivement un avantage. C’était une bonne journée, j’ai joué du bon golf, j’avais l’impression de le piloter un peu mieux que ces deux dernières semaines, alors je me suis mis dans de bons endroits pour le frapper près des quilles.

C’était une très belle journée pour marquer à nouveau un bon score, donc j’attends le week-end avec impatience ». Il est l’un des sportifs les plus titrés de tous les temps, ainsi que l’un des plus riches du monde. toujours présent : 15 tournois majeurs remportés, 110 tournois professionnels, le golfeur le plus titré de l’histoire de ce sport.

Des statistiques qui expliquent pourquoi il a réussi à rester en tête du classement mondial pendant 683 semaines (dont 281 consécutives) et surtout parce qu’en 2014 il est devenu le premier sportif au monde à avoir franchi la barre du milliard de dollars.

Chiffre astronomique qui justifie aussi le fait que Tiger Woods puisse s’offrir un yacht comme le Privacy, un véritable bateau de conte de fées. Et évidemment, nous parlons de quelque chose qui a coûté cher. Si vous imaginez un yacht de luxe et un peu de confort à bord, alors Privacy l’a.

Long de 48 mètres, d’une superficie totale de 600 mètres carrés, ce yacht a été acheté par le golfeur en 2004. Équipé de cinq cabines pouvant accueillir un total de dix personnes, il dispose également de quatre quarts pour neuf membres d’équipage.

Tiger Woods l’appelle habituellement « mon dériveur » même si tout ressemble à un dériveur : avec une vitesse de croisière de 18 nœuds, il dispose également d’une salle de sport à bord où le golfeur continue de s’entraîner. Woods, en effet, préfère rester sur ce yacht lors des tournois organisés à New York.

Avec des intérieurs en merisier, Privacy dispose également d’un ascenseur pour trois personnes, d’un immense jacuzzi, assez grand pour accueillir huit personnes, et de l’inévitable salle de cinéma et d’un coin bar. Le petit plus de ce méga yacht est apporté par la zone que Tiger Woods a voulue dédiée à la plongée sous-marine : cela explique aussi la présence d’une chambre de décompression (gonflable) et d’une zone dédiée au remplissage des bouteilles d’oxygène.

Le luxe est également complété par trois jet skis et deux scooters pour de courtes excursions à terre. Évidemment, tout cela a un prix : la confidentialité coûte 17 millions d’euros et sa maintenance annuelle s’élève à 1,7 million d’euros.

EVANS, Ronald
A voir aussi :
Toutes nos excuses, malheureusement notre site Web est actuellement indisponible dans la…