Reprendre la plongée après avoir eu la Covid-19 : quels sont les risques et les recommandations ?

A l’heure où les restrictions s’assouplissent peu à peu, à l’heure où la retenue semble être derrière nous, l’envie de revenir à la plongée se fait plus pressante chez les plongeurs. Y compris parmi ceux qui ont la chance d’être infectés par le virus Covid-19.

La plongée est un sport dangereux qui nécessite d’être en parfaite condition physique (notamment au niveau respiratoire et cardiaque) pour minimiser les risques d’accidents. Alors est-il raisonnable de reprendre la plongée après avoir contracté le Covid-19 ? Alors que les scientifiques ignorent même les séquelles cardiaques et respiratoires potentielles à long terme ?

Ces questions, que les experts hyperbares se posent depuis le début de la pandémie, et leurs recommandations pour les plongeurs contractés par le virus Covid-19 ont été publiées au printemps 2020. Elles sont toutes unanimes : peu On connaît encore ce nouveau virus et la longue – les effets à terme qu’il peut provoquer. On sait donc peu de choses sur les effets de l’infection au Covid-19 sur la pratique de la plongée sous-marine récréative, et ces recommandations sont susceptibles de changer avec le temps.

Ils ont été récemment mis à jour et DAN a publié le conseiller médical mis à jour dans son journal en ligne AlertDiver en avril 2021. Pour ceux qui ne le savent pas, DAN signifie Divers Alert Network. C’est une fondation pour la recherche et la sécurité en plongée dont la mission est de fournir un réseau complet de soutien à la plongée pour ses membres.

En plus d’investir dans la recherche médicale hyperbare, DAN propose une variété d’options d’assurance spécifiques à la plongée. L’assurance voyage ou personnelle couvre rarement les accidents de plongée, une activité que les assureurs considèrent souvent comme « à risque ». Quand on sait qu’un rapatriement ou un traitement médical en caisson hyperbare coûte plusieurs milliers d’euros, on se dit qu’une assurance plongée à moins de 100€ par an peut valoir le coup…

L’assurance plongée proposée par DAN couvre les traitements médicaux et hyperbares qui ne couvrent pas l’assurance maladie et propose l’aide de médecins hypertendus 24h/24 et 7j/7, dans notre langue, et où que nous soyons dans le monde.

En tant que moniteurs de plongée, nous conseillons toujours à nos étudiants de souscrire une assurance contre les accidents de plongée. Même avec toutes les précautions nécessaires, il n’y a aucun risque. Et c’est encore pire pour ceux qui plongeront après avoir contracté le Covid-19. Pour plus d’informations à ce sujet, consultez notre article sur l’assurance plongée, ou rendez-vous directement sur le site de DAN.

Cet article est basé sur la publication de DAN sur Resuming Diving After Contracting Covid-19 ainsi que sur les recommandations de la Undersea and Hyperbaric Medicine Society, University of San Diego, et de la Belgian Society of Hyperbaric and Underwater Medicine (via le document : Position the resumption du SBMHS sur la plongée après infection au Covid-19).

Important : nous avons choisi de publier cet article afin de faire les recommandations médicales faites aux plongeurs ayant contracté le virus Covid-19 avec le plus grand nombre d’entre nous. Ceci est pour information seulement. Les propositions relancées étaient valables au moment de la publication (juin 2021) et sont susceptibles d’émerger au fil du temps. Seul un avis médical doit être en place pour reprendre votre pratique.

En quoi une infection à la Covid-19 peut-elle compromettre la pratique de la plongée ?

En quoi une infection à la Covid-19 peut-elle compromettre la pratique de la plongée ?

Alors que certaines personnes touchées par le Covid-19 ne présentent aucun symptôme, d’autres peuvent ressentir les symptômes de la grippe, ou elles peuvent aller jusqu’à développer un syndrome de détresse respiratoire aiguë ou une maladie cardiaque (source : site SBMHS sur le redémarrage de la plongée après infection au Covid-19 ). C’est-à-dire que ce coronavirus peut endommager les poumons ou le cœur.

Les séquelles potentielles à long terme ne sont pas encore entièrement comprises. Mais l’université de San Diego note que les risques de problèmes pulmonaires et/ou cardiaques persistants sont importants.

Les médecins de DAN Europe soutiennent qu’il est essentiel de récupérer son état respiratoire et son niveau physique « avant covid » avant d’envisager de replonger. Et cela peut même prendre des semaines ou des mois selon la gravité de la maladie. Selon les experts d’Undersea & amp; Association médicale hyperbare, il n’est pas possible de prédire combien de temps cette récupération prendra. Cela dépend de trop de facteurs inconnus.

Dans tous les cas, il est nécessaire de se soumettre à des examens médicaux pour vérifier vos capacités et performances cardiaques et/ou respiratoires. DAN Europe recommande que ces tests soient interprétés et validés par un médecin hyperbare. Il pourra interpréter les résultats en prenant en compte les risques spécifiques de la pratique de la plongée.

Siquijor, la plus belle découverte de notre voyage aux Philippines
A voir aussi :
Pour de nombreux Philippins, Siquijor est une île où les mauvais esprits…

Les recommandations des experts pour reprendre la plongée après avoir eu la Covid-19

Les recommandations des experts pour reprendre la plongée après avoir eu la Covid-19

DAN Europe précise que ces propositions peuvent varier légèrement d’un pays européen à l’autre, mais que chacun soit prévenu lors de la reprise de la plongée.

Combien de temps attendre avant de pouvoir remettre la tête sous l’eau ?

Vous avez testé le Covid-19 positivement et… :

Rester vigilant lors des premières plongées

La plongée est une activité physique : il faut un effort physique pour transporter son bloc jusqu’au bateau, se procurer du matériel, sortir de l’eau ou gérer un ruisseau un peu trop fort sous l’eau. Notre respiration glisse et met plus de pression sur nos poumons et notre cœur. Et c’est précisément le potentiel de ces deux organes qui peut changer le virus.

C’est pourquoi il faut être très prudent lors de la première plongée après infection au Covid-19 : les plongées doivent être encore plus progressives en termes de difficulté que d’habitude et la plongée doit être planifiée pour rester bien en dessous des limites de décompression.

Il faut aussi être particulièrement attentif à vos émotions : si vous sentez que vous vous essoufflez beaucoup plus vite que d’habitude, ou si vous vous sentez très fatigué même sans aucun effort, les médecins hyperbares qui Membres du réseau DAN vous conseillent de consulter rapidement un médecin pour un examen médical approfondi.

Plongée à Malapascua : entre mythe et réalité
Sur le même sujet :
Alors que nous préparions notre voyage de plongée aux Philippines, les mêmes…

L’importance d’un contact avec un médecin hyperbare

L’importance d’un contact avec un médecin hyperbare

La plongée comporte des risques très spécifiques. Vivre en milieu aquatique met plus de pression sur notre corps que sur terre, et entraîne des changements physiologiques. Et si la plongée se fait dans de mauvaises conditions (efforts trop intenses, levée trop rapide par exemple) ou si les conditions physiques ne sont pas assez bonnes, il y a vraiment risque d’accident.

C’est pourquoi DAN Europe propose que les examens médicaux qui déterminent la compétence en plongée soient validés par un médecin hyperbare, afin qu’ils soient interprétés dans une logique de compétence pour cette activité particulière.

Selon l’endroit où vous habitez, il peut être difficile de consulter un médecin hyperbare. Sachez que vous bénéficiez des conseils à distance gratuits d’un médecin de plongée en souscrivant une assurance auprès de DAN. Ensuite, vous pouvez soumettre vos résultats de test. Il saura les interpréter correctement et vous indiquera si vous êtes apte ou non à replonger.

Bohol : entre plongées à Panglao et virée en scooter
Sur le même sujet :
Habituellement, lorsque nous visitons un pays, nous essayons d’éviter les endroits fréquentés…

Plonger après avoir eu la Covid-19 : des risques plus élevés d’accident

Les médecins sont unanimes et tentent de le répéter dans leurs recommandations : on sait encore peu de choses sur ce nouveau type de maladie cardiovasculaire et ses effets sur le corps humain à plus ou moins long terme.

La plupart des experts s’accordent à dire que l’infection au Covid-19 expose les plongeurs à un risque plus élevé d’accidents de plongée (sources : recommandations de l’Université de San Diego et du SBMHS).

Risque de barotraumatisme pulmonaire

L’Association belge de médecine hyperbare et subaquatique suggère dans ces recommandations que des séquelles pulmonaires prolongées voire permanentes peuvent entraîner de graves problèmes pulmonaires suite à une infection au Covid-19. Et sans que ces conséquences soient vraiment remarquées.

Ces lésions pulmonaires potentielles peuvent augmenter le risque de surchauffe des poumons lors d’une plongée tout à fait normale (c’est-à-dire qu’elles ne montent pas rapidement ou de manière incontrôlable).

Risque accru d’intoxication à l’oxygène

Les experts ne savent toujours pas si les tissus pulmonaires touchés par le Covid-19 deviennent plus sensibles aux effets toxiques de l’oxygène. Cependant, ils ne l’excluent pas, ce qui peut rendre suspecte la plongée au nitrox puisque ce mélange de gaz est enrichi en oxygène.

Cependant, ils pensent que la plongée récréative au nitrox ne devrait pas être un danger car si nous étions exposés à une pression partielle d’oxygène de 1,4 bar, cela se ferait sur une courte période de temps, principalement lors de plongées profondes.

Pensez-vous que nous parlons chinois ?! Consultez notre article sur la plongée au nitrox. Il explique notamment ce qu’est l’oxygène à pression partielle et pourquoi il est important de savoir le calculer 🙂

Risque d’accident de décompression

Il est également difficile de savoir si la capacité de « filtration des bulles » de nos poumons a pu être affectée après l’infection par Covid-19. Si cela se produisait, le risque d’accident de décompression serait beaucoup plus élevé : les capillaires de gaz inerte normalement « filtrés » par les capillaires des poumons ne le seraient plus et pourraient entrer dans la circulation artérielle. Afin de limiter ce risque, le SBMHS recommande à toute personne ayant souffert de symptômes pulmonaires dus au Covid-19 de plonger bien en dessous des limites de décompression de son ordinateur de plongée afin d’éviter les paliers de décompression obligatoires.

Le mot de la fin

Le mot de la fin

Ce nouveau corovirus aura bouleversé nos vies même dans notre pratique de la plongée…

Hormis les gestes barrières que nous devons tous respecter, les plongeurs ayant contracté le virus doivent être extrêmement vigilants avant de retourner à l’eau : les médecins hyper-pression de DAN Europe leur conseillent d’être patients et surtout autre chose, de faire les soins médicaux nécessaires. examens avant d’envisager de remettre les palmes.

Les observations scientifiques que nous avons citées tout au long de cet article nous informent également que même s’il est déclaré approprié de replonger, le risque d’accidents associé à cette activité peut désormais être plus élevé. Ensuite, les plongées doivent être adaptées en conséquence : plongées plus courtes, moins profondes, sans débit…

Gardez à l’esprit que la science progresse rapidement et que les recommandations d’experts présentées dans cet article seront examinées au fur et à mesure que la pandémie se développe et que les découvertes scientifiques se développent.

Enfin, n’oublions pas de suivre les consignes de nos fédérations et centres de plongée : nous pouvons tous contribuer à limiter la propagation de ce foutu virus…